Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Antoine Guinard (Aujourd'hui l'Inde).

La commission électorale a donné l’ordre de recouvrir d’un drap les statues construites par Mayawati Kumari a son effigie et à la gloire de son parti, en Uttar Pradesh, à deux semaines des élections régionales. A la tête de cet Etat depuis 17ans, la politicienne dalite est régulièrement accusée de s’auto-glorifier.



Nouvel épisode dans la saga Mayawati : A moins de deux semaines des élections régionales en Uttar Pradesh, la commission électorale a donné l’ordre de recouvrir avant mercredi toutes les statues construite par la "reine des dalits", tant celles à son effigie que celles d’éléphants, symbole de son parti du BSP, disséminées un peu partout à travers l’Etat.

Arguant que les statues étaient susceptibles influencer les électeurs, les membres de la commission ont déclaré qu’elles devaient rester couvertes pendant l’intégralité du scrutin, qui se termine mi-mars en Uttar Pradesh, Etat le plus peuplé d’Inde et qui par conséquent un des plus importants sur l’échiquier politique.

Selon les directives électorales, tout portrait ou représentation du chef du gouvernement de l’Etat doit être retiré des bureaux gouvernementaux pendant le vote. Un règlement à priori simple à appliquer, sauf dans le cas de l’Uttar Pradesh, où Mayawati Kumari, qui dirige l’Etat depuis 1995, a fait ériger d’immenses statues à la gloire de leaders dalits ( la caste des intouchables), du symbole du BSP et surtout d’elle-même.

Deux parcs à Lucknow, la capitale d’Uttar Pradesh, et Noida, une banlieue industrielle deNew Delhi, compte notamment environ 75 statues d’éléphants commanditées par Mayawati. Selon la BBC, les responsables locaux ont commencé à draper les statues mais certaines d’entre-elles étaient trop grandes pour être recouvertes. De son côté, Mayawati a accusé la commission d’orchestrer un complot contre elle.

Femme politique "intouchable" la plus importante du pays, Mayawati a souvent défrayé la chronique ces dernières années en Inde par ses actes et ses dépenses frisant la mégalomanie, alors qu’elle dirige un des Etats indiens les plus pauvres. L’érection de trois statues colossales à son effigie à Noida en juillet 2009, avait provoqué l’intervention de la cour suprême, qui avait ordonné l’interruption des travaux.

L’année suivante, Mayawati était apparue avec une guirlande de billets autour du coup lors d’un rassemblement politique dans son Etat. Dernière frasque en date, la "reine des dalits" aurait envoyé un jet privé vide à l’autre bout du pays, afin de récupérer une paire de sandales, selon un câble diplomatique publie par wikileaks. Une accusation que Mayawati nie catégoriquement.

Les dépenses de la patronne du BSP, son goût du luxe (elle posséderait 72 propriétés) et sa manière quasi-autocratique de diriger son parti lui valent les critiques régulières de ses opposants politiques et de la presse. Pour de nombreux dalits, qui ont largement contribué à la réélire trois fois à la tête de son Etat, elle reste toutefois un symbole de réussite, encore trop rare pour les basses castes dans la politique et la société indienne.

source: inde.aujourdhuilemonde

Tag(s) : #INSOLITE

Partager cet article