Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

l'esprit est comme un parapluie = ne sert que si il est ouvert ....Faire face à la désinformation


Les semences de variétés traditionnelles ne peuvent plus être commercialisées

Publié par Brujitafr sur 26 Juillet 2013, 05:40am

Catégories : #ALTER

Sachet de graines

 

 

 

La Cour de Justice de l’Union Européenne a confirmé le 12 juillet dernier l'interdiction de commercialiser les semences de variétés traditionnelles et diversifiées qui ne sont pas inscrites au catalogue officiel européen. Ecolo propose une réforme de la réglementation, qualifiée d'"absurde".

 

 

Des associations comme Kokopelli ou Semailles se retrouvent dans l’illégalité: elles préservent et distribuent ces semences.

Pourtant, il suffirait d'inclure ces variétés anciennes au catalogue officiel pour les commercialiser en toute légalité. Seulement voilà, elles se trouvent dans le domaine public et après 20 ans, si personne ne les a réinscrit au catalogue, elles en sortent. Il faut pour cela payer assez cher, explique Catherine Andrianne de Semailles. "A cause de cette réglementation, il y a plus de 80% de la biodiversité qui a disparu", dit-elle.

Il ne suffit pas de payer pour inscrire une semence au catalogue officiel, il faut aussi que l'espèce réponde aux critères de Distinction, Homogénéité, Stabilité (DHS). Ces critères sont discriminants, selon Kokopelli, "puisqu’ils impliquent que les semences soient… très peu variées. Seules des variétés hybrides F1 ou des variétés lignées, quasi cloniques, répondent à ces critères, qui ont été établis dans le seul but d’augmenter la productivité selon des pratiques industrielles".

Malgré un assouplissement de ces critères pour les variétés dites de conservation, ceux-ci restent inadaptés pour les variété traditionnelles. Pour Nature & Progrès et les défenseurs des semences paysannes, "cette décision est un contresens historique grave qui s’apparente à un déni de la sélection végétale réalisée par l’être humain depuis 10 000 ans".

Certains producteurs alternatifs comme Semailles ne comptent pas arrêter la commercialisation de leurs semences, qu'ils considèrent comme un produit vivant et non un produit d'usine.

L'industrie, elle défend les variétés nouvelles: la réglementation permet de garantir le financement de la recherche. Pour le Prof. Bernard Bodson de Gembloux Agro Bio Tech ULg, les variétés issues de la recherche sont plus résistantes et plus productives.

De là à parler de concurrence déloyale, il y a peut-être un pas à ne pas franchir... On pourrait pourquoi pas classer les anciennes variétés au patrimoine naturel sans que cela ne gêne la création de nouvelles variétés plus standardisées pour les agriculteurs.

Ecolo réagit

"Ecolo, comme de nombreuses organisations agricoles et environnementales, juge pour l'heure cette réglementation parfaitement contraire à la sauvegarde de notre biodiversité et aux intérêts des cultivateurs. L'absurde rigidité du catalogue officiel des semences commercialisables menace en effet de nombreuses semences anciennes et semble tout simplement taillée sur mesure pour les quelques grandes multinationales du secteur", selon un communiqué.

Le parti écologiste entend "marquer son soutien plein et entier aux nombreuses associations qui, à l'instar de Kokopelli, luttent pour la sauvegarde de variétés anciennes ou locales, et permettent de nous offrir ainsi une alimentation variée et de qualité au quotidien". Ecolo compte peser au niveau européen et au niveau national pour faire modifier la législation.

JFH avec Pascale Bollekens

source

Commenter cet article

Martin 27/07/2013 21:07


Ces nouvelles bouleversé de nombreux agriculteurs. Et aussi amenés pertes.

christiane 26/07/2013 18:59


Je  vous  approuve  complétement,  moi  aussi  je  suis  contre  l' Europe.  Pour  qui  se  prennent-ils  pour  oser
nous imposer des  règles  contraires  au  bien  être  des  peuples?  Nous  voulons  que  Kokopelli  et  semailles  puissent
 exercer  en  toute  liberté;   que  le  conseil  de  l' Europe  dont  nous  n'avons  élu  aucun  membre  la
 mette  en  veilleuse.  

Sauf à ignorer les zelectron 26/07/2013 16:48


Je suis au contraire contre l'Europe tout contre

christiane 26/07/2013 15:20


Mais, qui s'est permis d'écrire ce code concernant les semences? Ce qui es concocté par l'homme, qui s'avère contraire à la raison et au Bien Commun,  doit être considéré  comme
 révoquable  et  non  négotiable.  Il  est  temps  d'envoyer  bouler  cette  U.E. qui  nous pourrit la vie.

zelectron 26/07/2013 08:19


Certains êtres humains végétatifs doivent aussi être éliminés dans ce cas , voilà un argument pour l'euthanasie à bon compte ?


Plus sérieusement il me semblait que la commission de Bruxelles proposait et soit était approuvée par le parlement de Strasbourg, soit par les chefs d'Etat
européens ?

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

<