Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alors que la mort du colonel Kadhafi n'a pas été confirmée, ni par l'OTAN, ni par les USA, les réactions ont été rapides. L'UE annonce la fin d'une ère "despotique". Yves Leterme évoque, lui, un tournant "très important" pour la Libye. 


Scènes de joie en Libye

Il a dit s'attendre à la fin prochaine de la résistance livrée par les partisans de l'ancien régime.

S'il est encore en vie, le dirigeant déchu devrait comparaître devant la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye - qui a lancé contre lui, son fils Seif Al-Islam et son beau-frère Abdallah Al-Senoussi un mandat d'arrêt pour "crimes contre l'humanité" -, a affirmé Yves Leterme à la VRT, en marge de la séance plénière de la Chambre.

Le chef du gouvernement a rappelé que le but de l'intervention occidentale en Libye - dirigée par l'Otan depuis le 31 mars sous le nom d'opération "Unified Protector" - n'avait pas pour but d'arrêter Kadhafi. Cette mission, à laquelle la Belgique participe activement, vise à protéger la population libyenne de la répression lancée par le régime Kadhafi après le début de l'insurrection, en février dernier.

UE: "La fin d'une ère despotique"

Le président de l'Union européenne, Herman Van Rompuy, et le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, ont salué jeudi "la fin d'une ère de despotisme et de répression" en Libye après l'annonce de la mort du dirigeant déchu du pays Mouammar Kadhafi.

"Le décès annoncé de Mouammar Kadhafi marque la fin d'une ère de despotisme et de répression au cours de laquelle le peuple libyen a souffert pendant trop longtemps. Aujourd'hui, la Libye peut tourner une page de son histoire et embrasser un nouvel avenir démocratique", ont affirmé les deux dirigeants dans un communiqué commun.

"Un avertissement" pour d'autres dictateurs, selon Varsovie

Le ministère polonais des Affaires étrangères a souligné que le sort du colonel Mouammar Kadhafi, dont la mort a été annoncée jeudi, constituait "un avertissement" pour d'autres dictateurs.

"Son destin devrait constituer un avertissement pour d'autres dictateurs, dans la région et dans le monde", a déclaré le porte-parole du ministère polonais Marcin Bosacki dans un communiqué.

"Nous regrettons que le colonel Kadhafi n'ait pas été jugé pour ses crimes par un tribunal en Libye ou à la Haye. Nous espérons que ses collaborateurs, recherchés pour leurs crimes, comparaîtront bientôt devant ces tribunaux", a ajouté le porte-parole.

La Pologne, qui assure la présidence semestrielle de l'Union européenne, "félicite le peuple libyen pour la fin de la dictature longue de plusieurs dizaines d'années", selon le communiqué.

"Un jour où il faut se souvenir des victimes de Kadhafi"

Le Premier ministre britannique David Cameron a déclaré jeudi que "c'est un jour où il faut se souvenir des victimes de Kadhafi", en se disant "fier du rôle joué" par son pays dans la chute du "brutal dictateur".

S'exprimant sur le perron du 10 Downing Street après la confirmation par le Conseil national de transition (CNT) libyen de la mort de Mouammar Kadhafi, le Premier ministre a notamment évoqué les victimes de l'attentat de Lockerbie qui avait fait 270 morts en 1988 et les victimes libyennes du régime.

La France salue la fin de "42 ans de tyrannie"

Le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé a salué jeudi la "fin de 42 ans de tyrannie" en Libye, à l'annonce par les autorités de la mort du leader déchu Mouammar Kadhafi et a déclaré que la France était "fière" d'avoir aidé le peuple libyen.

"L'annonce de mort de Kadhafi et la chute de Syrte sont la fin d'une période très difficile pour le peuple libyen. C'est la fin de 42 ans de tyrannie, d'un conflit militaire qui a été très éprouvant pour le peuple libyen", a déclaré Alain Juppé aux journalistes à New Delhi.

source : rtbf.be

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article