Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

- La carte du permis -
 « Il s’agit d’amener de gros camions, des sondeurs sismiques, aux quatre coins d’un terrain de plusieurs hectares. Ces camions envoient des ondes dans le sol en le frappant avec une masse mécanique et des ordinateurs récupèrent les échos des vibrations, un peu comme un sonar ». Ainsi l’on reconstitue les différentes couches du sol et l’on peut repérer gaz ou pétrole enfoui.

 « ces mesures constituent la troisième phase du plan de l’entreprise (cf. : source). Elle a déjà recoupé toutes les données historiques et préparé de nouvelles hypothèses. Et la phase suivante sera logiquement celle de l’exploration ». Et cette fois les dégâts sont beaucoup plus importants puisque pour mener l’exploration du sous-sol, on utilise la même technique que pour l’exploitation : la fameuse fracturation hydraulique.

 Dans le Midi, les craintes concernent surtout la ressource en eau : « Dans notre région, il suffirait d’un seul forage d’exploration, même sans trouver de pétrole, pour polluer toutes les nappes phréatiques car elles communiquent entre elles ». En Pologne, les 50 000 habitants de Kutno ont vu l’eau de leur ville rendue non potable du fait des produits chimiques utilisés dans la fracturation hydraulique.

 il y a le Grand Marché Transatlantique négocié actuellement qui pourrait remettre en cause toutes normes sociales et environnementales et avec, l’interdiction de la fracturation hydraulique. « Les deux sont liés. C’est pour ça qu’on est aussi très nombreux dans cette autre mobilisation ». Et les industriels ne s’y trompent pas, qui maintiennent la pression plus ou moins discrètement. Du côté des autorités publiques, c’est silence radio : le ministère de l’Ecologie n’a pas voulu répondre malgré nos relances, tout comme la Préfecture de l’Hérault, qui s’est refusée à tout commentaire.

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article