Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

constellation-Cassiopeia-Cepheus

La NASA nous gâte en ce début d’année, avec ce magnifique portrait d’une partie de notre Voie lactée et celui d’une envoutante et poussiéreuse galaxie voisine.

Cette énorme section de la Voie lactée (image ci-dessus, clic pour grand format et un très très grand format ici) est une mosaïque d’images du télescope américain WISE (Wide-Field Infrared Survey Explorer). Les constellations de Cassiopée et Céphée sont mise en valeur dans cette étendue de 1000 degrés carrés (Mesure d’angle solide). Ces constellations sont nommées d’après une ancienne reine et roi de l’Ethiopie dans la mythologie grecque.

WISE les a observé à la lumière infrarouge, où le ciel prend un aspect très différent. Les étoiles brillantes de la constellation s’effacent dans l’obscurité parmi les fonds de millions d’autres étoiles révélés par WISE. Refroidir les nuages ​​de poussière qui remplissent l’espace entre les étoiles dans la lueur Voie lactée dans l’infrarouge, nous permet d’en savoir plus sur l’histoire de la façon dont naissent les étoiles et comment elles meurent.

Au sein de cette image, il y a des dizaines de nuages ​​denses, appelées nébuleuses. Beaucoup de nébuleuses, observées ici, sont les endroits où de nouvelles étoiles se forment, créant des structures sphériques qui peuvent faire des dizaines à des centaines d’années-lumière en taille. La mort des étoiles est aussi vue dans les vestiges de l’explosion d’une supernova qui a été observée par l’astronome Tycho Brahé en 1572. Ce vestige est situé à environ un cinquième à la gauche du centre et à environ un sixième de la hauteur à partir du milieu de l’image.

Les couleurs utilisées dans cette image représentent les longueurs d’ondes spécifiques de la lumière infrarouge. Le bleu et le cyan (bleu-vert) représentant la lumière émise à des longueurs d’onde de 3,4 et 4,6 microns, principalement à partir des étoiles. Vert et rouge représentent respectivement, la lumière à partir de 12 et 22 microns, principalement émise par la poussière. Cette image est une mosaïque de milliers de cadres individuels de WISE, avant une re-projection pour les assembler dans l’image finale. Cela a été fait pour chacune des quatre longueurs d’onde de WISE, totalisant près de 30 milliards de pixels.

 

Et pour finir, cette seconde image qui vous absorbe littéralement, des nuages spatiaux de poussières d’une galaxie voisine à la nôtre. (Clic pour agrandir !)le Grand Nuage de Magellan

Cette nouvelle image montre le Grand Nuage de Magellan, une galaxie présentée ci-dessus, dans l’infrarouge par le télescope spatial Herschel de l’ Agence spatiale européenne (ESA) et le télescope spatial Spitzer de la NASA. Dans les données combinées de ces instruments, cette galaxie naine voisine ressemble à un feu, à une explosion circulaire. Ces rubans sont réellement des ondulations géantes de poussière de dizaines, voire de centaines d’années-lumière. D’importantes zones de formation d’étoiles sont visibles en son centre, juste à gauche du centre et à droite.

Les couleurs de cette image indiquent les températures dans la poussière qui imprègne le nuage. Les régions les plus froides montrent la formation de jeunes étoiles ou celles qui s’éteignent, tandis que de vastes zones sont hautement chauffées par de jeunes étoiles, transmettant cette chaleur à la poussière environnante. Les zones et les objets les plus froids apparaissent en rouge, correspondant à la lumière infrarouge prise par l’imagerie spectrale et photométrique de Herschel. Les zones les plus chaudes apparaissent en bleu, grâce aux données de Spitzer.

À partir de la NASA : pour les constellations de Cassiopée et Céphée : Stars Pop Onto the Scene in New WISE Image.
Pour le Grand Nuage de Magellan : Herschel and Spitzer See Nearby Galaxies’ Stardust.


source: Gurumed
         

Tag(s) : #CIEL et ESPACE

Partager cet article