Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Casino a lancé début septembre la première pâte à tartiner non bio sans huile de palme. Monoprix ou bien encore Système U ne sont pas en reste. Un pied de nez aux marques nationales.

 

Crédits photo : Monoprix/Casino
Jusqu'alors exclusivité des rayons bio, la pâte à tartiner sans huile de palme trouve désormais sa place chez les marques de distributeurs classiques.

Coïncidence ou sens inné du timing et du marketing ? Alors que Nutella, le leader incontesté du marché, est stigmatisé par un projet de surtaxe visant la présence massive d'huile de palme dans sa composition, deux enseignes de distribution lancent coup sur coup des pâtes à tartiner dépourvues de la matière grasse sous leur marque propre. Début septembre, Casino a mis en magasin Noisette, baptisée sans ambages « la première pâte à tartiner sans huile de palme ». En décembre, ce sera au tour de Système U de suivre avec une pâte qui sera en outre biologique.

En réalité, ce sont les rayons bio qui ont pris les devants, avec des produits comme la pâte bio de La Mandorle ou bien encore la pâte à tartiner bio de Monoprix. Mais la Noisette de Casino semble bien être la première pâte sans huile de palme qui n'entre pas dans cette niche.

 


PATE A TARTINER PETILLANTE

PATE A TARTINER PETILLANTE

Difficultés techniques

Pour le distributeur stéphanois, ce lancement s'inscrit dans une démarche plus globale amorcée il y a une dizaine d'années, lorsque le groupe a décidé d'améliorer les qualités nutritionnelles de ses produits. Une charte formelle dite d'« engagement de progrès nutritionnels » a été signée en 2008 dans le cadre du Programme national nutrition santé (PNNS) du ministère de la Santé. Trois engagements ont été pris à l'époque : limiter la quantité de sel, de matière grasse et de sucre, inciter les consommateurs à manger plus de fruits et légumes et améliorer l'information générale des consommateurs. C'est en 2010, que l'entreprise de Jean-Charles Naouri, a décidé de se lancer dans la croisade systématique anti-huile de palme. A l'époque sur les 4.000 produits Casino, plus de 500 en contenaient. Deux ans après, 434 n'ont plus d'huile de palme dans leur composition. Des pâtes à tarte, des biscuits, des chips, du pain de mie et donc, maintenant, de la pâte à tartiner. « Cela n'a pas été sans difficultés techniques et économiques, car nous ne voulions pas toucher à la qualité gustative ni augmenter nos prix », résume Yvon Martin, directeur chargé des produits Casino. L'huile de palme est un produit intéressant pour l'industrie agroalimentaire : elle est stable, rancit peu, assure le croustillant des gâteaux. Il a fallu trouver des ingrédients de remplacement et les fournisseurs ont parfois dû changer leur outil industriel.

 

« Pratique citoyenne »

Nutella, nutella, nutella

 

Pour la pâte à tartiner, l'huile de palme est remplacée par un mélange d'huile de tournesol, de beurre de cacao et d'huile de coco par l'allemand Wilhelm Reuss. La pâte U sera, elle, fabriquée par la PME des Landes Bovetti et contiendra de l'huile de colza. Avec 40 % de noisettes, il s'agira d'un produit plus haut de gamme et relativement cher. A la différence de la Noisette de Casino, qui est vendue en moyenne 1,49 euro le pot de 400 grammes, soit un prix moins élevé que le Nutella.

Chez Système U comme chez son concurrent, on jure ne pas chercher à faire un coup marketing. « Cela s'inscrit dans une pratique citoyenne ancienne qui nous conduit à ôter chaque fois que possible de nos produits des ingrédients controversés comme l'huile de palme, mais aussi le paraben, les sels d'aluminium ou l'aspartame », explique un porte-parole. Chez Casino, quelques semaines après le lancement de Noisette, on a constaté une hausse des ventes du rayon pâte à tartiner.

source

 

chocolate chocolate chocolate...

Tag(s) : #SANTE

Partager cet article