Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

DISTRIBUTION - Un nouveau label vient d'être lancé pour favoriser la variété alimentaire. Il sera peut-être bientôt possible de régler avec des tickets-repas...


Alors que s’ouvre mercredi porte de Versailles, pour trois jours, Vending Paris, le salon de la distribution automatique, il y du nouveau pour les quelque 630.000 distributeurs automatiques (DA) disséminés à travers la France dans les entreprises, gares, stations de métro et autres lieux publics (musées, hôpitaux, universités…). Depuis cet été, ils peuvent afficher le label «Feel good» lancé par le syndicat maison, la NAVSA, s’ils proposent une variété alimentaire plus grande comme des fruits et légumes, des boissons rafraîchissantes sans sucre ajouté, des produits céréaliers ou des produits laitiers. Plus de 600 DA répondent déjà aux critères et 3.000 sont attendus dans les prochains mois.


Un label contrôlé

Soutenue par le ministère de l’Agriculture dans le cadre du Programme alimentation nutrition, l’initiative, développée avec des nutritionnistes, est déjà suivie par des grands noms comme Kellog’s, Danone Eaux, Kraftfoods, Nutrition&Santé ou encore La Courtisane. Les DA labellisés sont ensuite contrôlés à intervalles réguliers par le certificateur Bureau Veritas. «Dans le cadre de leur politique RSE, les entreprises qui concentrent 83% du parc de DA, sont de plus en plus nombreuses à vouloir des DA «Feel Good». De façon générale les consommateurs sont de plus en plus nomades et veulent plus de choix. Nous leur en donnons», explique Nicolas-Bodilis-Reguer, délégué général de NAVSA.

Son action vise ainsi à doper un secteur mature, pénalisé par le boom de la vente à emporter, dont le chiffre d’affaires annuel, pour les 1.250 gestionnaires de DA, stagne autour de deux milliards d’euros. Depuis le début de la crise de 2008, les ventes sont revenues au niveau de 2003. A l’heure actuelle, 16 millions de produits sont achetés chaque jour dans les DA. L’objectif est notamment de booster les ventes des boissons fraîches et des produits alimentaires qui atteignent deux millions par jour.


Depuis la hausse pour le café

 

Gobelet nez - Pour la maison - Nodshop


Le gros du gâteau, les 14 millions de boissons chaudes servies par jour, voit sa croissance freiner. L’an dernier, pour la première fois depuis dix ans, le prix du café a augmenté. Une hausse rendue nécessaire par la flambée des cours du café et du sucre, mais aussi celle des carburants qui rendent les livraisons dans les DA plus chères. «Des hausses minimes et régulières n’ont pas pu être mises en place avant pour une raison simple: les distributeurs n’acceptent par les pièces en-dessous de 5 centimes, nous ne pouvions pas réaliser des hausses de 1,2 voire 3 centimes», justifie Nicolas-Bodilis-Reguer. Autre révolution en vue pour les adeptes des DA: il sera peut-être bientôt possible de payer avec des tickets repas. La NAVSA mène une étude de faisabilité avec Commission nationale des Titres Restaurant. La réponse devrait tomber d’ici l’année prochaine.


Distributeurs automatiques tout terrain


distributeur de tongs !

En attendant, l’utilisation des DA se diversifie. Certaines pharmacies notamment à Paris proposent à l’extérieur des produits de première nécessité (médicaments, couches, préservatifs…). Les piscines ne sont pas en reste (maillot de bain, pince-nez, bonnet de bain). La NAVSA travaille aussi de plus en plus avec des agriculteurs surfant sur le boom de la vente directe. Des DA sont ainsi installés dans des exploitations pour permettre aux particuliers d’acheter des fruits et légumes en leur absence. Avant qui sait, de voir comme à New York, des taxis équipés de DA remplis de snacks, boissons et médicaments.


Distributeur de M s - Sacramento

Mathieu Bruckmüller via source
Tag(s) : #VIE QUOTIDIENNE

Partager cet article