Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Cela va très vite, l’info balancée de partout, les incrédules qui y voient un complot, les humoristes qui y vont de leur petit mot ou leur petite chanson, l’affaire DSK est maintenant mondiale, un petit tour des dernières nouveautés autour de l’affaire.

Commençons avec les taïwanais qui ne font pas dans la dentelle puisqu’ils ont recréé la-dite agression en images de synthèses:

Après Oussama Ben Laden il y a quelques jours, dont les chaînes de télévision avaient proposé une reconstitution de l’assassinat en images de synthèse, c’est au tour de Dominique Strauss-Kahn de bénéficier des progrès de la technologie : le tabloïd taïwanais Apple Daily propose cette reconstitution de l’agression présumée de la jeune femme de chambre du Sofitel par le patron du FMI.

Source et l’assaut décisif contre Ben Laden en animation sur agoravox.tv

 

Mais il y a plus, vous pouvez maintenant vous passer en boucle la reprise de la chanson de Soeur Sourire « Dominique, nique, nique » ré-actualisée, bien sur, cela reste avant tout de l’humour, mais ils ont quand même été rapide sur ce coup là!

Plus sérieusement, l’image choc du jour reste quand même Dominique Strauss-Kahn menotté, et même si on est pas partisan de ce grand banquier pro-mondialisation et même dangereux pour notre avenir (reconnaissons-le quand même…), l’image ne laisse pas insensible.

Dominique Strauss-Kahn est sorti du commissariat de Harlem cette nuit, menottes aux poignets, après 30 heures de garde à vue. Il subira des examens médicaux, notamment pour vérifier si des traces de griffures, ou d’autres traces de luttes sont présentes sur son corps.

La première comparution devant la justice américaine (audience préliminaire devant un tribunal pénal de Manhattan), qui aurait dû avoir lieu hier, a été repoussée à aujourd’hui, lundi 16 mai. L’audience ne devrait pas débuter avant 17h00 (heure française) et le directeur du FMI devrait plaider non-coupable selon ses avocats.

« Un juge lui annoncera les chefs d’accusation et décidera dans la foulée de sa libération, sous caution ou pas, avec autorisation de quitter le territoire américain ou pas. » (L’Express)

La femme de chambre qui accuse Dominique Strauss-Kahn de l’avoir agressée sexuellement l’aurait formellement reconnu, lors d’une présentation au commissariat.

« Un porte-parole de la police a ajouté que les enquêteurs avaient « relevé des preuves dans la chambre » d’hôtel, notamment des éléments comprenant de l’ADN. » (L’Express)

Source: agoravox.fr

Le complot est toujours suspecté, bien sur DSK a un passé tumultueux et une réputation un peu sulfureuse quand à sa vie privée, bref, il est autant actif au niveau financier qu’au niveau de ses bourses, disons cela comme ça, mais cette fois-ci, on peut se poser des questions, trop gros, trop louche… Je me base personnellement sur le fait que les États-Unis ont atteint le plafond de la dette aujourd’hui, ils sont fini. Prenant en compte que la JP Morgan, grande banque américaine responsable de l’état de la finance mondiale mais également de l’explosion des prix des matières premières comme des métaux précieux veut tout diriger, ceci impliquant la maison-blanche, pour preuve, elle l’a infiltré et un des proches conseillés d’Obama est un ancien de cette banque. Prenant également en compte que si les USA coulent complètement, c’est entre autre suite aux manipulations des marchés boursiers à Wall Street, au credits defaut swap et au foreclosure gate auxquels la JP Morgan n’est pas étrangère, prenant en compte également beaucoup d’autres paramètres, on peut se poser la question! Et bizarrement, le successeur à DSK au siège du FMI est également un ancien de la JP Morgan. Comme quoi, on peut quand même se poser la question… Et si les américains avaient tout à y gagner?

Enfin pour terminer, un petit aperçu d’un article rédigé par Thierry Meyssan qui nous explique DSK, très instructif…

La nomination triomphale de Dominique Strauss-Kahn à la direction générale du Fonds monétaire international (FMI), le 28 septembre 2007, a donné lieu à deux messages contradictoires. D’un côté la presse occidentale exalte la capacité du bloc atlantiste à imposer son candidat face à celui de la Russie, Josef Tosovsky ; d’autre part, elle affirme que la principale mission de M. Strauss-Kahn sera d’associer plus largement les pays du Sud aux décisions, c’est-à-dire de mettre fin à la domination du bloc atlantiste.

Avec chauvinisme, la presse française se félicite que des Français se trouvent aujourd’hui à la tête de quatre grandes organisations internationales. En effet, outre Dominique Strauss-Kahn au FMI, Pascal Lamy dirige l’Organisation mondiale du Commerce (OMC), Jean Lemierre préside la Banque européenne de reconstruction et de développement (BERD), et Jean-Claude Trichet la Banque centrale européenne (BCE). Mais doit-on mettre ces quatre institutions sur le même plan ? Et surtout, doit-on se réjouir d’une situation qui, loin de manifester la place de la France dans le monde, illustre l’intégration des élites françaises dans la mondialisation, c’est-à-dire leur acharnement à détruire leur pays, en tant qu’État-nation, un cadre politique qu’ils jugent dépassé ?

 

Commentaire rédigé le 16/5/2011

 

En plein coeur de l’affaire Strauss Kahn, il apparait que l’intéressé n’en est pas à son premier coup d’essai. La première question à se poser est comment un individu qui collectionne autant de casseroles a-t-il pu arriver aussi haut dans la pyramide politique ?

Force est de constater que DSK est passé entre les gouttes malgré nombre d’affaires graves dans lesquelles il était plongé jusqu’au cou. Peut-être a-t-il accepté d’exécuter les oeuvres les plus repoussantes données par les véritables élites en échange de la gloire et de l’immunité ?

Mais alors pourquoi cette n-ième affaire n’est-elle pas étouffée comme les précedentes ? DSK se serait-il opposé à ses donneurs d’ordres qui lui ont mis la pression pour le remettre dans le droit chemin ?

Le dernier exploit en date laisse songeur : le FMI est une des organisations internationales la plus critiquée dans le monde. Il a abondamment financé l’installation de dictatures dans les pays du Sud, notamment en Argentine, au Brésil, en Indonésie, au Nigéria, aux Philippines, en Thaïlande etc… En outre, Ses exigences soudaines de remboursement immédiat de prêts ont contraints des États à sacrifier leur avenir en dévaluant et en fermant écoles et hôpitaux. Ses adversaires l’accusent donc d’avoir provoqué, par l’oppression et la famine, des centaines de millions de morts en un demi-siècle, c’est-à-dire bien plus que les agressions militaires des États-Unis durant la même période. De son côté, le FMI considère au contraire que ses politiques « d’ajustement structurel » loin d’avoir provoqué ces catastrophes y ont mis fin. Des « Prix Nobel » d’économie aussi divers que le néo-keynésien Joseph Stiglitz ou le libertarien Milton Friedman ont accusé le FMI d’être le grand organisateur des déséquilibres Nord-Sud. En effet, l’action principale du FMI aura été de financiariser l’économie mondiale, permettant ainsi aux spéculateurs du Nord de s’enrichir en exploitant le travail, plus encore que les ressources, des pays du Sud. S’il n’était la vénération que la société de consommation voue à ses banquiers, il y a longtemps que le FMI aurait été déclaré organisation criminelle. Pourtant, c’est bien cette institution que le socialiste Dominique Strauss-Kahn a ambitionné de diriger, et c’est bien M. Strauss-Kahn qui a obtenu le soutien appuyé des grands argentiers de la planète, pressés de toutes parts par les multinationales les moins scrupuleuses.

Source et suite de l’article sur sott.net

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article