Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Hackers en colère | Une vidéo postée par un membre supposé du collectif de pirates informatiques Anonymous menace un cartel de la drogue mexicain, accusé d'avoir capturé l’un des leurs.

YOUTUBE
© YOUTUBE | La vidéo n'a pas encore pu être authentifiée.

Sandrine Perroud | 01.11.2011 | 15:05

«Nous sommes Anonymous, nous sommes nombreux, nous ne pardonnons pas et n’oublions pas. Vous verrez.» C’est par ces paroles menaçantes que se termine la dernière vidéo des activistes d’Anonymous, postée vendredi dernier sur Youtube.
Les menaces sont adressées au cartel de la drogue mexicain «Zetas», accusé d’avoir enlevé en octobre sur l’île de Véracruz un membre du collectif de pirates informatiques. S’ils ne libèrent pas leur otage, les Anonymous promettent de révéler d’ici le 5 novembre les «chauffeurs de taxi, journalistes, journaux et officiers de police» soumis aux «Zetas». Ils menacent également de s’en prendre aux biens des personnes concernées.
L’Etat pétrolier de Véracruz connaît ces derniers mois une forte hausse des violences liées à la drogue. Des gangs rivaux s’y affrontent sans relâche. Les menaces des Anonymous ne sont donc pas sans danger: la divulgation des noms de personnes travaillant pour le cartel pourrait les transformer en proies pour les gangs opposés, rapporte Le Monde. La vidéo n’a pour l’instant pas pu être authentifiée, ni l’enlèvement qu’elle dénonce, les violences échappant aux autorités mexicaines sur place.
Dans la vidéo, l’activiste d’Anonymous arbore le célèbre masque de héros de la bande-dessinée d’Adam Moore et David Lloyd «V pour Vendetta», adpaté au cinéma en 2006 par James McTeigue. Un déguisement devenu la marque de fabrique du collectif.
Les Anonymous, constitués de pirates informatiques-justiciers du monde entier, sont devenus célèbres pour avoir hacké de nombreux sites depuis leur création 2008, dont celui de Mastercard et en Suisse, de Postfinance.
Les pirates sont également intervenus pour des raisons politiques, en hackant par exemple les sites de partis politiques autrichiens, le manifeste du tueur norvégien Breivik et le système de censure tunisienne, au début du printemps arabe.



source: LaTribuneDeGeneve
Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article