Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cela paraît incroyable mais il est prévu d'adapter des lois catholiques d’un autre temps concernant le divorce, à la formule orthodoxe permettant de consommer le divorce dans des cas exceptionnels.

Le pape François, premier souverain Pontife du Nouveau Monde et premier pape Jésuite, avait déjà donné l’ordre d’envoyer un questionnaire spécial aux paroisses catholiques du monde. Le questionnaire papal renferme 39 points : depuis l’attitude envers la réforme du système financier et l’égalité sociale jusqu’au sexe, les gays, le mariage pour tous et le divorce. Les réponses seront ensuite classées par un collège de 9 cardinaux qui fera des propositions de réformes en prévision du synode des hiérarques catholiques prévu pour octobre 2014.

Cela peut être considéré comme un début de processus de « réformes douces » conçues par François, explique Robert Mickens, théologien, expert du Vatican et observateur de l’hebdomadaire catholique international The Tablet :

« Il faut commencer par faire baisser la fièvre que provoque la polémique sur la famille, le mariage et les écarts par rapport à ces institutions. Le problème majeur consiste à réduire le champ de la foi chrétienne et à rechercher des réponses aux questions qui se posent dans le domaine de la famille et du mariage. Le questionnaire du Vatican doit, en principe, permettre au Saint-Siège de mieux se documenter sur l’attitude des catholiques envers ces problèmes. »

L’église orthodoxe russe n’encourage pas du tout le divorce et désapprouve le mariage en secondes noces mais elle n’en reconnaît pas moins le divorce s’il est consommé pour des raisons exceptionnelles déterminées. A savoir l’infidélité conjugale, ou l’abandon de l’orthodoxie par un des conjoints, ou encore les vices contre nature. Le SIDA, l’alcoolisme chronique attesté médicalement ou un avortement effectué per l’épouse sans consentement de son conjoint, sont venus s'ajouter à cette liste ces derniers temps. Il y a en tout environ 24 fondements pour un divorce. Le mariage en secondes noces n’est toléré qu’après repentance.

Il est difficile de dire quelles recommandations précisément seront élaborées par les dignitaires de l’Église en prévision du sommet d’octobre, mais il est évident que le Vatican ne peut plus se passer d'une réforme.           N

Tag(s) : #RELIGIONS

Partager cet article