par Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin

Très mauvaise nouvelle. Pour le moment et compte tenu des technologies aujourd’hui disponibles, l’objectif d’empècher l’explosion nucléaire de l’ensemble du site de Fukushima paraît hors de portée alors que le processus cataclysmique ne cesse de prendre de l’ampleur.

Il y a quelques jours, des images virtuelles d’un éventuel sarcophage que Tepco pourrait installer au dessus des réacteurs en perdition de Fukushima circulaient sur les télévisions. Mais assez curieusement, il s’agissait apparemment de structures assez fragiles, quasiment en matière plastique, très éloignées des milliers de tonnes d’acier et de ciment envisagés pour remplacer l’actuel sarcophage en place à Tchernobyl. On ne voit pas comment de telles structures pourraient contenir une explosion majeure sur le site de Fukushima. Tout au plus pourraient-elles empêcher la diffusion de gaz radioactifs sous basse pression. De toutes façons, Tepco annonce que la mise en place de ces protections ne sera pas possible avant longtemps, compte tenu du niveau de contamination actuel du site.

En fait, les priorités devraient être toutes autres. Il devrait être indispensable d’empêcher dans les jours, semaines ou mois qui viennent la contamination d’une partie du Japon par les cœurs en fusion des réacteurs touchés par le tsunami. Or, très mauvaise nouvelle, pour le moment et compte tenu des technologies aujourd’hui disponibles, cet objectif paraît hors de portée alors que le processus cataclysmique ne cesse de prendre de l’ampleur. Une toute aussi mauvaise nouvelle est que, désormais, le monde entier fait silence sur le désastre mondial qui se prépare. Les conspirationnistes ne devraient pas être les seuls à s’interroger sur les raisons de ce silence.

Si l’on en croit l’industriel Tepco, le gouvernement japonais qui l’a toujours soutenu y compris dans ses décisions les plus hasardeuses et les industriels américains du nucléaire qui ont depuis les origines partie liée avec le Japon pour la gestion de son parc nucléaire, la situation à Fukushima serait potentiellement pire qu’elle ne le fut à Tchernobyl. Selon ces sources cependant, il n’y aurait pas de danger immédiat, tant du moins que l’on continuera à pomper de l’eau et qu’un nouveau fort tremblement de terre ne se produira pas. Pas de danger immédiat sans doute, mais pas de solutions fiables avant quelques années au mieux. En attendant, selon ces sources, il n’y aurait pas de raisons de s’inquiéter. Curieuse préconisation.

Pour d’autres experts au contraire, la situation n’a jamais cessé depuis le début de s’aggraver. Aujourd’hui il y aurait de forte probabilités (certains disent 50/50) pour que le pire se produise. Un article récent de Aljazeera.net cité ci-dessous vient de faire un bilan assez terrifiant de la situation. On pourrait suspecter la neutralité de Aljazeera mais la chaîne se borne à reprendre les diagnostics de deux experts confirmés du nucléaire, l’américain Arnorld Gundersen (photo) et le japonais Shoji Sawada. L’un et l’autre, à première vue semblent parfaitement objectifs et bien informés. Certes ils sont tous les deux devenus des whistle-blowers alertant sur les dangers du nucléaire. Le site Fairewinds auquel participe Arnorld Gundersen est un leurs représentants les plus influents aux Etats-Unis. Mais cela ne devrait pas être une raison pour disqualifier leurs analyses.

Pour Arnold Gundersen, notamment, la fusion des réacteurs touchés constitue désormais un processus sans doute impossible à empêcher, compte tenu encore une fois des connaissances scientifiques et technologiques du moment. Le refroidissement par eau ne pourra que le retarder de quelques temps, tout en noyant la région et la mer environnante sous des milliers de tonnes d’eau fortement contaminées. Une fois les nappes phréatiques ou les couches terrestres profondes atteintes, ce ne serait pas seulement une large périphérie autour de Fukushima qui deviendrait inhabitable, mais sans doute la ville de Tokyo elle-même. Dans l’hypothèse la plus grave, celui de l’explosion des centaines de tonnes de combustibles nucléaires présents sur le site, le Japon tout entier puis très vite des zones étendues de l’hémisphère nord pourraient être interdits à la vie humaine.

D’ores et déjà, deux experts de santé publique américains estiment avoir observé une augmentation anormale de la morbidité des nouveaux nés dans une dizaine de villes de la cote ouest des Etats-Unis situés approximativement sous le vent de Fukushima (voir ci dessous le rapport Sherman-Mangano). On s’étonne que, devant une observation aussi troublante, des inquiétudes beaucoup plus nombreuses ne se soient pas encore manifestées, notamment aux Etats-Unis, si soucieux en général de la santé publique.

La situation paraît en voie de devenir si grave que le silence des autorités nationales et internationales est véritablement inexplicable. Même si peu de remèdes ne paraissent pour le moment disponibles, il conviendrait néanmoins que les scientifiques du monde entier y réfléchissent et travaillent à la mise au point de solutions. L’inaction actuelle donne beaucoup d’arguments à ceux dénonçant une conspiration du silence de la part des gouvernements et des industriels impliqués, non seulement au Japon mais aux Etats-Unis. La complicité objective entre Barack Obama et l’Exelon Corporation, le plus gros fournisseur d’énergie nucléaire et un des plus importants contributeurs de sa campagne, est dénoncée.

Rien cependant n’y fait. L’attitude généralement affichée par l’ensemble des décideurs et des médias est particulièrement à courte vue, mais elle n’indigne encore personne. Le message général s’apparente au suivant : « le magma monte dans la cheminée du volcan. Une explosion destructrice se produira bientôt. Mais qu’importe, dormez tranquilles au bord du cratère…pour le moment ».

Précisons à l’attention de ceux qui militent pour l’abandon de l’énergie nucléaire que ce dernier objectif de l’abandon, à supposer qu’il soit décidé, ne pourra pas être mis en oeuvre avant 25 ou 30 ans. Au Japon le monde se trouve confronté à une échéance beaucoup plus immédiate et à des risques beaucoup plus graves : un Tchernobyl de magnitude 10 pouvant se produire dans quelques mois. La réaction de prévention devrait être toute différente.

AGORAVOX

C’est ce que je vous disais au sujet du corium, sachant qu’il a coulé des les premieres heures, la fusion des 3 coeurs étant complete des les premiers jours (confirmé apres 2 mois…)

2 scénarios possibles:
- soit le corium s’etale assez pour perdre toute criticite, et se refroidir tres lentement
- soit la criticite reste, et le truc ronge en silence le beton, sous lequel l’eau attend patiamment… Une explosion evec epandage massif de Plutonium signifierait effectivement la fin de Honshu et des dizaines de millions de morts. (sto)

Et comme le dit si bien Orion dans un commentaire…

Notre niveau technologique actuel ne nous permet pas de remédier à la situation de Fukushima, alors pourquoi le dire aux populations ! Si un astéroïde venait à entrer en collision avec la Terre, croyez vous que les gens seraient informés ? bien sur que non !

Les dirigeants de ce monde ne sont pas là pour faire évoluer le système, mais pour le maintenir coûte que coûte et jusqu’au dernier moment.

Pour eux, Fukushima, c’est une partie de dé, 50/50, ça passe ou ça casse, dans ces conditions, la seule chose qui les intéressent, c’est éviter tout mouvement de panique et toute remise en cause du système.

Merci Alain!

*COMMUNIQUÉ SPÉCIAL*

Comme tout l’monde le sait maintenant si vous avec lu les commentaires, Youtube vient de fermer le compte d’Alex au Japon, et donc effacer tout ces vidéos, ils devaient les déranger beaucoup trop dans leur mensonges, alors vous pouvez quand même le télécharger ICI, ou bien il est de nouveau disponible sur la chaine youtube de Thx428…Voyons voir comment ils vont réagir!!! ;)

Merci à vous tous de participer à la divulgation de la vérité!

Jo ^^"l'éveil 2011"