Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

© epa.


Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a estimé que le pire de la crise de la zone euro était désormais "derrière nous", dans un entretien au quotidien populaire Bild à paraître vendredi.


 



 

"Je crois que le pire est derrière nous", a déclaré M. Schäuble. Il se montre ainsi plus optimiste que la chancelière Angela Merkel, qui n'avait pas voulu, le 10 décembre, "encore lever l'alerte complètement". Mme Merkel s'était dit "prudemment optimiste", se démarquant ainsi de l'optimisme plus poussé du président français François Hollande, qui voyait "derrière nous" la crise de l'euro.

Wolfgang Schäuble estime, dans son interview à Bild, que la Grèce a conscience qu'elle ne pourra surmonter ses difficultés que par de difficiles réformes. "Le gouvernement d'Athènes sait qu'il ne peut pas trop demander financièrement aux autres pays de la zone euro. En conséquence, il s'attaque maintenant aux réformes", déclare le ministre.

M. Schäuble se dit par ailleurs convaincu, que la France, dont la situation économique a fait l'objet de critiques récemment en Allemagne, "remplit ses obligations". "Le gouvernement (français) sait très bien, que chaque pays doit mener des réformes de manière constante pour rester compétitif", ajoute-t-il.

En ce qui concerne l'Allemagne, il continue de tabler sur une croissance "convenable" en 2013. "La situation est meilleure que nous le pensions, parce qu'entre autres le commerce avec les Etats-Unis et l'Asie se renforcent", explique-t-il.

Pour l'heure, le gouvernement allemand table toujours sur une croissance de 1% en 2013, alors que la banque centrale allemande (Bundesbank) a pour sa part abaissé sa prévision début décembre à 0,4%.

M. Schäuble a par ailleurs démenti avoir en projet un programme d'économies à mettre en oeuvre après les élections législatives de l'automne 2013, comme l'a évoqué la presse allemande. source

Tag(s) : #Crise de l'Euro

Partager cet article