Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Postée le 12/01/2012 à 09h09

Le monde à cinq minutes de l'apocalypse

 

Avec les incertitudes liées à la double menace de prolifération nucléaire et de changement climatique, la grande aiguille de la Pendule de l'apocalypse, créée par des scientifiques en 1947 et popularisée par la série "Watchmen", a été avancée d'une minute.

Tous les amateurs de "comics", et notamment ceux qui avaient suivi la série Watchmen d'Alan Moore et Dave Gibbons, récemment portée à l'écran par Zack Snyder, connaissent la Pendule de l'apocalypse, cette horloge symbolique dont l'inéluctable avancée vers minuit, vers la catastrophe, rythme chaque chapitre.

Cette fameuse pendule n'est pas simplement sortie de l'imagination d'un auteur américain de bandes dessinées : elle a en fait été créée en 1947 par une association de chercheurs, le Bulletin des scientifiques atomiques, pour symboliser l'imminence d'un cataclysme nucléaire.

Depuis sa création, la fameuse pendule a été ajustée 19 fois. Et cette année, s'il faut en croire les chercheurs, le monde s'est rapproché d'une minute de l'apocalypse. L'humanité est désormais à minuit moins cinq, alors que, l'an dernier, l'horloge fatidique indiquait six minutes avant minuit.

La raison de cette avancée d'une minute vers minuit : les incertitudes liées à la double menace de prolifération nucléaire et de changement climatique.

En janvier 2010 pourtant, l'association des scientifiques atomiques, qui compte 18 prix Nobel, avait fait reculer la pendule d'une minute, expliquant ce changement par un "état du monde plus encourageant".

Elle indiquait alors six minutes avant minuit. Mais l'heure n'est plus à l'optimisme chez les chercheurs.

 

"Il y a deux ans, il semblait que les dirigeants du monde pouvaient répondre aux menaces planétaires auxquelles nous sommes confrontés mais cette tendance ne s'est pas poursuivie et a même été inversée", a constaté Allison Macfarlan, présidente du Bulletin des scientifiques atomiques et professeur à l'Université George-Mason, précisant que la pendule est désormais ramenée à sa position de 2007.

Une note d'optimisme : le printemps arabe

S'exprimant lors d'une conférence de presse, Lawrence Krauss, co-président de l'association et professeur de physique à l'Université d'Arizona, a estimé que les "dirigeants de la planète font preuve d'inaction face aux problèmes essentiels que sont le changement climatique et la montée des tensions internationales".

Pour ce scientifique, "le défi majeur au coeur de la survie de l'humanité au XXIe siècle est de satisfaire les besoins en énergie nécessaires à la croissance économique dans les pays en développement et industrialisés sans porter davantage préjudice au climat et sans engendrer une plus grande prolifération nucléaire".

Jayantha Dhanapala, un membre du Bulletin des scientifiques nucléaires et ancien ambassadeur du Sri Lanka à l'ONU, a expliqué que "malgré la promesse d'un nouvel état d'esprit entre les Etats-Unis et la Russie, le chemin vers un monde sans armes nucléaires est incertain". Au total, environ 19.500 armes nucléaires sont aujourd'hui déployées à travers la planète.

Kenneth Benedict, directeur général du Bulletin des scientifiques atomiques a cependant apporté une note plus optimiste à ce tableau. Selon lui, le groupe de scientifiques est "encouragé par le printemps arabe, les mouvements Occupy, la contestation politique en Russie".

"Qu'il s'agisse de relever les défis de l'énergie nucléaire, de soulager les souffrances résultant du réchauffement climatique provoqué par les activités humaines, ou d'éviter un conflit nucléaire dans un monde instable, le pouvoir du peuple est essentiel", a-t-il ajouté.

"C'est la raison pour laquelle nous demandons aux autres scientifiques et experts de se joindre à nous pour mobiliser les citoyens (...) afin de faire pression sur les responsables politiques et industriels".

 

 

Un article publié par lci.tf1.fr

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article