Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le ministre des Finances grec s'est déclaré jeudi opposé à un référendum sur l'euro en Grèce. Il a estimé que l'appartenance de la Grèce à l'euro ne peut être remis en question. Par ailleurs, suite à des défections au sein des socialistes, Georges Papandréou n'a plus de majorité au Parlement.

Par ailleurs, une porte-parole de la Commission européenne a rappelé que le traité européen de Lisbonne ne prévoit pas en l'état actuel qu'un pays puisse quitter la zone euro sans sortir aussi de l'Union européenne.

M. Papandréou qui fait face à une crise politique en Grèce et une forte opposition dans la rue aux mesures d'austérité et d'abandon de souveraineté nationale liées à l'aide financière européenne, a été convoqué à Cannes par les leaders de la zone euro, qui craignaient que la tenue d'un référendum en Grèce ne mette en danger l'ensemble de la zone euro.

Appartenir à la zone euro ou non

A l'issue de la rencontre, M. Papandréou a confirmé que "l'enjeu" d'un référendum était "clairement" l'appartenance de son pays à la zone euro. Il n'a toutefois pas précisé l'intitulé de la question qui serait posée aux Grecs.

"Nous pouvons avoir un référendum le 4 décembre", a déclaré le Premier ministre grec à Cannes. "Je crois que le peuple grec veut que nous soyons un partenaire fort dans l'euro, c'est cela l'enjeu", a ajouté M. Papandréou.

Vote de confiance pas sûr

Un vote de confiance au parlement grec, réclamé par M. Papandréou, sur l'accord européen de désendettement est prévu vendredi. Deux députées de la majorité socialiste grecque ont annoncé qu'elle ne voteront la confiance au gouvernement grec, a dit la télévision publique Net. Le cabinet perd sa majorité au parlement, en n'ayant plus que 150 voix sur 300.

Les dissidentes protestent contre le projet de référendum sur le plan européen d'aide à l'euro et contesté par cinq ministres.



(ats / 03.11.2011 14h20) vu sur "Romandie News"

Tag(s) : #Crise de l'Euro

Partager cet article