Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LEMONDE.FR avec AFP | 12.11.11 | 08h32 • Mis à jour le 12.11.11 | 15h46

 

La présidente du FMI, Christine Lagarde, le 12 novembre à Tokyo.

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a appelé samedi 12 novembre le Japon à adopter un plan de réduction de sa colossale dette publique à moyen terme. La dette publique de la troisième puissance économique mondiale équivaut à environ 200 % de son produit intérieur brut (PIB), la proportion la plus importante parmi les pays développés.

"Aucun pays n'est à l'abri, qu'il soit développé ou émergent, quelle que soit sa distance" de l'Europe et "le Japon n'est pas plus à l'abri que d'autres", a toutefois prévenu Mme Lagarde lors d'une conférence de presse à Tokyo. Elle a expliqué que la contagion de la crise de la dette s'effectuait par deux biais principaux, "la voie commerciale et la voie financière".

LE DÉFICIT RISQUE DE GONFLER

Le Japon n'est toutefois pas touché par les tensions pesant sur les pays européens, en partie car sa dette est possédée à plus de 95 % par des investisseurs nippons et parce que le Japon dispose des deuxièmes réserves de change mondiales.

 

Le déficit public du Japon, financé à 40 % par l'émission d'obligations, risque de gonfler à cause du vote de rallonges budgétaires, totalisant plus de 100 milliards d'euros, destinées à financer la reconstruction du nord-est de l'archipel dévasté le 11 mars par un séisme. L'agence de notation financière Moody's a abaissé d'un cran, à Aa3, la note de la dette à long terme du Japon au mois d'août, à cause de l'endettement massif aggravé par la catastrophe. Ses deux rivales Standard and Poor's et Fitch ont prévenu qu'elles pourraient bientôt faire de même.

 

Considéré comme une valeur refuge en temps de crise par les investisseurs, la devise japonaise n'en finit pas de grimper depuis des mois face au billet vert mais aussi face à l'euro, à cause des incertitudes pesant sur la croissance économique mondiale et de la crise d'endettement de pays européens. Ce renchérissement réduit les marges des entreprises nippones hors du Japon, menaçant les exportations dont le pays a besoin pour sortir d'une récession aggravée par les conséquences des catastrophes du 11 mars.

Tag(s) : #ECONOMIE - FINANCE

Partager cet article