Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Je sais, c'est facile et pas intéressant... mais je ne peux m'empécher de pointer que si nos ministres sont "Irréprochables" c'est loin d'être le cas de leurs enfants !

Je note aussi que Mme Touraine ne donnait pas suffisement d'argent de poche poussant par là même son fils à s’endetter pour aller au cinéma avec ses amis (quoi d'autre, à 19 ans ?).
Attitude dans laquelle elle semble s'entêter puisque la famille Touraine n'a toujours pas versé la somme due à la victime.

Réjouissons nous : le contribuable a échappé aux frais d'un procès aux assises bien inutile quand on connait la qualité de sa mère, Irréprochable !

Quant à Mr Thomas Fabius, il est rentré dans les rangs et a repris ses études ? Certainement car nous n'en entendons plus parler.

Il faut bien jeter sa gourme !!! sacripants, va ! source

La ministre de la Santé, Marisol Touraine.

 

 La ministre de la Santé, Marisol Touraine. © Bertrand Guay / AFP

 

Le fils de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, a été incarcéré début septembre à la maison d'arrêt de La Santé à Paris, rapporte mardi Le Parisien, en vertu de sa condamnation, mi-mars, à trois ans de prison ferme pour extorsion et séquestration. Contacté par l'AFP, l'entourage de la ministre a indiqué qu'elle ne souhaitait pas commenter cette "épreuve familiale".

Selon une source judiciaire, Gabriel Reveyrand de Menthon, 22 ans, fils de Mme Touraine, a bien été condamné à trois ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Paris, son complice étant lui condamné à deux ans et demi d'emprisonnement. En mai 2011, les deux jeunes hommes s'étaient introduits dans l'appartement d'une femme de 59 ans situé dans le 13e arrondissement de Paris, dans le même immeuble que celui qu'occupe Mme Touraine.

Passibles des assises

Menaçant la victime d'une arme de poing factice, ils l'avaient alors contrainte à leur remettre sa carte bleue et à leur communiquer le code. M. Reveyrand de Menthon descendait alors dans la rue pour effectuer un retrait sur un distributeur de billets, mais n'y parvenait pas, la victime s'étant trompée dans le code, sous le coup de l'émotion. Il était néanmoins filmé par une caméra de surveillance de l'agence bancaire, ce qui devait permettre son identification et son interpellation. La victime remettait finalement aux deux agresseurs 990 euros en espèces qu'elle détenait chez elle, avant qu'ils ne prennent la fuite.

Passibles des assises, les deux jeunes hommes ont finalement été jugés devant un tribunal correctionnel, procédure dite de correctionnalisation qui nécessite l'accord de la victime et permet souvent de raccourcir les délais de jugement. Outre la peine d'emprisonnement, les deux agresseurs ont été condamnés solidairement à verser 3 000 euros à la victime au titre du préjudice moral, ainsi qu'à lui restituer les 990 euros.

À ce jour, la victime n'a rien reçu de ses agresseurs, a indiqué à l'AFP Me Emmanuel Raskin, son avocat. Selon Le Parisien, Mme Touraine a adressé à la victime une lettre d'excuses après la condamnation de son fils, qui n'a pas fait appel du jugement.

source

Tag(s) : #POLITIQUE

Partager cet article