Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La direction du 64e Festival de Cannes a décidé de mettre à l'honneur deux films d'opposants iraniens : Ceci n'est pas un film, de Panahi et Mirtahmasb, sera présenté en séance spéciale, tandis que Au Revoir, de Mohammad Rasoulof, s'ajoute à la sélection d'Un Certain Regard.

Conformément à sa ligne politique, le Festival a accepté cinq films présentés par l'Iran, mais a décidé de leur donner le moins d'importance possible.

Parmi ceux-ci, The 9/11 Black Box (La Boîte noire du 11-Septembre) de Mohamedreza Eslamloo, avec Thierry Meyssan dans le rôle principal.

Le titre du film fait référence à une interview de Mahmood Ahmadinejad, en marge de la dernière Assemblée générale des Nations Unies. Il avait alors déclaré que l'on ne doit pas avoir peur d'ouvrir la boîte noire du 11-Septembre pour comprendre les guerres d'Afghanistan et d'Irak.

Thierry Meyssan a reçu le Prix spécial du jury lors du 29ème Fajr Film Festival pour son étonnante prestation d'acteur et pour son engagement en faveur des Droits de l'homme.

The 9/11 Black Box sera projeté deux fois aux festivaliers de Cannes.

Le Festival de Cannes, la Mostra de Venise et le Festival de Berlin sont en conflit avec l'Iran qu'ils accusent de réprimer certains cinéastes. Ainsi, Jafar Panahi avait été arrêté et emprisonné trois mois pour ses contacts avec des services secrets étrangers. Son incarcération l'avait empêché de sièger au jury du Festival de Cannes 2010.

Pour une toute autre raison, le Festival de Cannes ne souhaite pas donner de publicité à un film critique sur le 11-Septembre dans lequel joue Thierry Meyssan joue son propre rôle. En effet, en 2002, l'American Jewish Congress avait appelé Hollywood au boycott du Festival pour contraindre le gouvernement français à interdire la vente de L'Effroyable imposture. Il avait fallu que le président du jury d'alors, Woody Allen, intervienne pour calmer le jeu. Le ministre de la Culture et Éric de Rothschild avaient également signé un communiqué commun pour sauver le Festival. Les organisateurs ne souhaitent évidemment pas raviver la polémique aujourd'hui.
Réseau Voltaire

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article