Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Là aussi, j’ai cru qu’il était de bon ton de vous prévenir, car quand vous le vivrez dans le futur, il vous faudra une machine à remonter le temps pour le modifier, alors que MAINTENANT, vous pouvez encore agir. Sachez saisir le peu de temps que vous avez devant vous. Comme le montre l'illustration dans l'article, la nouvelle base de données « NGI » contiendra comme avant les empreintes digitales, mais aussi les empreintes des paumes, les scans des iris, et les enregistrements faciaux 3D ou photos des Américains, le tout interconnecté dans des bases de données qui se veulent à terme mondiales (pensez à Indect). Je suppose qu’au final aussi les moyens de vidéo surveillance seront interconnectés, vous voyez le tableau (soyez un bon citoyen, surveillez vous aussi votre voisin). N’oubliez pas que les caméras en question peuvent aussi avoir des micros directionnels fonctionnant jusqu’à plusieurs dizaines de mètres de distance (que je sache), ce qui ajoute une dimension de plus à la paranoïa ambiante que peuvent provoquer de tels systèmes de surveillance…


multi_camera.jpg


Que les taches de naissance, soient damnées, le FBI a officiellement commencé à lancer un projet de reconnaissance faciale de pointe qui les aidera dans leur effort pour accumuler et archiver des informations sur chacun des Américains avec un coût d’un milliard de dollars.

Le Bureau Fédéral de Recherche a atteint une étape importante dans le développement de leur programme d'identification de prochaine génération et met en application maintenant la base de données d’intelligence dans des lieux non identifiés à travers le pays. Le nouveau scientifique rapporte dans un article cette semaine, que Le FBI a décrit pour la première fois le projet dès 2005, expliquant aux services judiciaires dans un document en août 2006 (.pdf) que leur nouveau système servira éventuellement par la suite, de mise à jour au système actuel d'identification d'empreintes digitales automatisé qui maintient une trace des citoyens avec des casiers judiciaires à travers l'Amérique.

(NGI) (IAFIS) « Le programme NGI est une compilation des initiatives qui amélioreront ou augmenteront les services d’identifications biométriques existants», a expliqué son administrateur au ministère de la justice, ajoutant alors, que le projet « adaptera à et accroîtra le traitement de l'information et partagera les demandes d’appuis à l'antiterrorisme ».

« La mission du bureau de programme du NGI est de réduire les activités criminelles et terroristes en améliorant et en augmentant l'identification biométrique et les services d'informations historiques criminels par la recherche, l'évaluation et l'exécution de technologie de pointe dans l'environnement d'IAFIS. »

L'agence insiste « en raison des initiatives du NGI, le FBI pourra fournir des services pour augmenter l'inter-opérabilité entre les dépositaires à tous les niveaux du gouvernement, y compris les gens au niveau local, de l'état, ou au niveau fédéral, ainsi que des partenaires internationaux. »

En faisant en soi, bien que, le gouvernement aille maintenant en avant en reliant une base de données d’images et d’informations personnellement identifiable de n'importe qui dans leurs enregistrements avec des départements dans le monde entier. Merci à la technologie qui fait du dépistage de l'empreinte digitale un jeu d’enfants.

Selon leur rapport de 2006, le programme NGI utilise « des conditions spécialisées dans les services latents, dans la reconnaissance faciale et les secteurs multimodaux de biométrie ».


ngi_database.jpg

Cela « permettra au FBI d'établir un système d'identification d'empreintes digitales des terroriste qui sera compatible avec d'autres systèmes ; augmentant l'accessibilité et le nombre d’enregistrements IAFIS d'empreintes digitales de terroristes ; et fournissant des capacités latentes de recherches d'impressions de paumes. »

Cependant, est-ce que c'est juste tout ? Pendant une présentation en 2010 (.pdf) faite par le centre biométrique de l'intelligence du FBI, l'agence a identifié pourquoi la technologie de reconnaissance faciale doit être spécifiquement saisie, le FBI a indiqué que la technologie pourrait être employée pour :

« Identifier des sujets dans des ensembles de données publiques, » aussi bien que « conduire des surveillances automatisées aux emplacements de surveillance »

Et « traquer les mouvements des sujets » signifiant que NGI est plus que juste une base de données des photos de détenus mélangées aux empreintes digitales - le FBI a admis que c’est leur intention, car la technologie surpasse juste la recherche des criminels, mais inclut aussi des capacités spectaculaires de surveillance. Ensemble, c'est un système non jugé en dehors de la science-fiction.

Le nouveau scientifique rapporte qu'une étude réalisée en 2010, a trouvé que la technologie employée par NGI était précise en sélectionnant des suspects d'une population de photos de détenus au sein d’une base de 1,6 millions, et ceci dans 92 % du temps. Le système a été examiné à titre d'essai dans l'état du Michigan plus tôt cette année, et a déjà été installé pour les tests pilotes à Washington, en Floride et en Caroline du Nord. Maintenant, selon le nouveau rapport du scientifique de cette semaine, le déroulement du programme a commencé et le FBI s'attend à ce que son infrastructure d'intelligence soit en place à travers les Etats-Unis d'ici 2014.

En 2008, le FBI a annoncé qu'il a attribué des solutions de transport et de sécurité de Lockheed Martin, un des entrepreneurs les plus favorisés du Département de la Défense, avec l'autorisation de concevoir, développer, examiner et déployer le système NGI. L'ancien agent du FBI qui a aidé à développer les conditions du système NGI, Thomas E. Bush III  a dit à NextGov.com  « l'idée était de pouvoir insérer et utiliser ces identificateurs et biométries ». Ces articles étaient collectés sans que beaucoup de supervisions soient admises, bien que, la mise des faits personnels concernant des millions d'Américains soit dans les mains de quelques rédacteurs espiègles du Pentagone et commence seulement à ouvrir des questions de libertés civiles.

Jim Harper, directeur de la politique de l'information au Cato Institute, ajoute à NextGov « que les investigateurs de la technologie de reconnaissance faciale couple les données avec les réseaux sociaux publiquement disponibles, afin d'établir de plus grands profils de reconnaissance faciale.   

Cela est plus précis avec Google ou Facebook, parce qu'ils auront dans n’importe quel cas une demi-douzaine à une douzaine d’images d'une personne, tandis que j'imagine que le FBI n’a que une ou deux photos d’un détenu », a-t-il dit.

Quand ces dossiers sont alors donnés aux organismes chargés de faire appliquer la loi aux niveaux locaux, fédéraux et internationaux, des bases de données d'intelligence qui incluent toutes des plans rapprochés des globes oculaires et des iris jusqu’aux intérêts en ligne pourraient être mises en commun entre les bureaux.

Le FBI s'attend à ce que le système NGI inclut jusqu'à 14 millions de photographies quand le projet sera en plein rendement d’ici seulement deux années, mais à l’allure de la technologie et des nouvelles connexions constamment créées par des organismes chargés de faire appliquer la loi cela pourraient permettre que la  base de données se réduise. Comme l'a reporté RT plus tôt cette semaine, la ville de Los Angeles considère maintenant comme « méfiante » la photographie dans les espaces publics, et autorise des dirigeants de la police LAPD à classer des rapports s'ils ont raison de croire qu'un suspect a de mauvaises intentions. Ces rapports, qui peuvent ne pas permettre nécessairement aucune arrestation, aucun crime, charge ou même une interview avec le suspect, mais peuvent être classés, analysés, stockés et puis partagés avec les agences fédérales et locales reliées à travers le pays jusqu’aux centres massifs de fusion de données. De même, des transmissions de vidéos en direct de milliers de vidéos surveillances à travers le pays sont censées être envoyées aux mêmes centres de fusion en tant qu'élément du réseau TrapWire, un effort global « d’œil-dans-le-ciel » que  RT a exposé la première fois plus tôt cette année.

Le sénateur Al Franken (D-Minnesota) des USA a dit au sous-comité du Comité Judiciaire du sénat sur l'intimité, et la technologie et la loi plus tôt cette année : « La reconnaissance faciale crée des soucis aigus d'intimité que les empreintes digitales ne crée pas. »

« Une fois que quelqu'un à votre enregistrement facial, il peut obtenir votre nom, il peut trouver votre compte de réseau social, il peut vous trouver et vous pister dans la rue, et dans les magasins que  vous visitez, les bâtiments du gouvernement dans lesquels vous entrez, et dans les photos que vos amis mettent en ligne.»

Dans son propre témoignage, le professeur de  l’Université Carnegie Mellon, Alessandro Acquisti a dit au sénateur Franken : « La convergence de la reconnaissance des visages, et des réseaux sociaux en ligne et l'exploitation de données a permis d’employer publiquement - des données disponibles et des technologies peu coûteuses pour produire des déductions sensibles simplement à partir d'un visage anonyme. »

La « reconnaissance des visages, comme d'autres technologies de l'information, peut être la source d’avantages et de coûts à la société et à ses différents membres ».

Le Prof. Acquisti a ajouté : « Cependant, la combinaison de la reconnaissance des visages, et des données des réseaux sociaux, ainsi que de l'exploitation de données, peut significativement ébranler nos notions et attentes actuelles de l'intimité et de l'anonymat. »

Avec le dernier rapport suggérant que le programme NGI est maintenant une réalité en Amérique, bien que apparemment, il pourrait maintenant être trop tard pour essayer d’empêcher le FBI d’interférer avec chaque aspect de la vie aux USA, privés et publics, à partir du 18 juillet 2012, d’après les rapports du FBI.

« Le programme de NGI… sur son étendue, dans les délais, et dans les coûts, est à 60 % déployés. »

 

Source : RT, Blacklistednews

Traduction Folamour 

via source

Tag(s) : #Nouvel Ordre Mondial

Partager cet article