Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

S’il faut dire la vérité, c’est en raison des conséquences qui en découlent pour la conduite de la vie.
Comme exemple de vérité dont on ne peut tirer aucune conséquence, ou seulement des conséquences fausses, nous pouvons prendre l’idée très répandue selon, laquelle le régime barbare qui règne dans certains pays provient de la barbarie.

D’après cette conception, le fascisme est un déferlement de la barbarie qui s’est abattu sur ces pays avec la violence d’un élément naturel. ou encore une sorte d’élection divine face à laquelle on va répétant des contes de bonne femme...
Et voici l’exception incompréhensible qui nous est infligée. Tout provient de dieu. C’est là évidemment la thèse fasciste, une capitulation devant le fascisme.

Le fascisme est une phase historique dans laquelle est entré le capitalisme; c’est-à-dire qu’il est à la fois quelque chose de neuf et d’ancien. Dans les pays fascistes, le capitalisme n’existe plus que comme fascisme, et le fascisme ne peut être combattu que comme la forme la plus éhontée, la plus impudente, la plus oppressive, la plus menteuse du capitalisme.

Dés lors, comment dire la vérité sur le fascisme, dont on se déclare l’adversaire, si l’on ne veut rien dire contre le capitalisme, qui l’engendre? Comment une telle vérité pourrait-elle revêtir une portée pratique? Ceux qui sont contre le fascisme sans être contre le capitalisme, qui se lamentent sur la barbarie issue de la barbarie, ressemblent à ces gens qui veulent manger leur part du roti de veau, mais ne veulent pas qu’on tue le veau.

Ils veulent bien manger du veau mais ne veulent pas voir le sang. Il leur suffirait, pour être apaisés, que le boucher se lave les mains avant de servir la viande. Ils ne sont pas contre les rapports de propriété qui engendrent la barbarie, ils sont seulement contre la barbarie. Ils élèvent la voix contre la barbarie dans des pays où règnent les mêmes rapports de propriété, mais où les bouchers se lavent les mains avant de servir la viande.

Si l’atrocité a lieu dans la bande de Gaza c’est pour que l’Occident et ses valets continuent à piller le Moyen orient, cela va avec Guantanamo, avec l’Irak, avec le Pakistan… Et ils sont tous d’accord pour que l’exemple ait lieu.

Il faut dégager une vérité dont on puisse faire quelque chose, le fascisme n’est pas une catastrophe naturelle, voulue par Dieu pour un peuple élu, ce sont là des fariboles mystiques destinées à nous masquer la véritable nature du fascisme, la catastrophe engendrée par les possesseurs des Moyens de production à la masse énorme de ceux qui travaillent sans moyens de production à eux.
Et tous ceux qui vont colportant le caractère exceptionnel, divin, du fascisme juif, ne font qu’empêcher de voir les causes réelles et donc les moyens d’agir dessus.

Regardez la réalité du monde dans lequel nous sommes, nous avons tous acceptés d’être dirigés par des fascistes, aux Etats-unis, dans l’union Européenne, dans les pays arabes et nous nous étonnons de la barbarie de la boucherie…
Source vu sur "au bout de la route"
Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article