Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un microbiologiste britannique exécute une démonstration surprenante

Le cuivre pourrait-il un jour obtenir sa place au panthéon de la médecine au même titre que la pénicilline?

Sujets :
Université de Southampton à Londres au Royaume-Uni , Association internationale du cuivre

Le 4 avril, une démonstration surprenante des propriétés antibactériennes naturelles du métal rouge a été réalisée à l’Université de Southampton à Londres au Royaume-Uni, en partenariat avec l’Association internationale du cuivre, et diffusée en direct sur Internet.

Devant des participants de 74 pays, dont l’auteur de ces lignes, le professeur William Keevil, un spécialiste en microbiologie, a placé sur une plaque de cuivre et une autre d’acier inoxydable des cultures comprenant 10 millions de staphylocoques dorés, une des principales bactéries responsables des infections nosocomiales, des maladies qui se développent dans les milieux hospitaliers et dont sont chaque année victimes sept millions de personnes à travers le monde.

 

Tueur naturel de bactéries

En l’espace de seulement sept minutes, 90 pour cent des bactéries avaient disparu de la plaque de cuivre, alors que celle d’acier inoxydable en était encore remplie. «Le cuivre en lui-même, sans aucune modification ni ajout de substances, provoque une série de réactions qui modifient et brisent la structure des cellules pathogènes et les fait rapidement mourir, a expliqué le Dr Keevil. Sur l’acier inoxydable, elles peuvent par contre survivre plusieurs jours, voire des semaines.»

 

Le microbiologiste a d’ailleurs rappelé que cette propriété était déjà connue chez les Égyptiens et les Chinois de l’Antiquité. Et elle ne s’applique pas qu’au staphylocoque doré. Des expériences ont démontré des résultats similaires pour une vingtaine de bactéries et virus différents, dont la C. difficile, la E. coli, la salmonelle, la listeria, les poliovirus et l’influenza, responsable de la grippe. Quelques champignons et moisissures dangereux pour l’humain seraient aussi affectés par le cuivre.

 

«Le cuivre n’est pas un traitement miracle, mais plutôt un outil supplémentaire pour lutter contre les infections.» - Dr William Keevil

 

«Il faut cependant comprendre que le cuivre n’est pas un traitement miracle, mais plutôt un outil supplémentaire pour lutter contre les infections, a prévenu le Dr Keevil. On pourrait en recouvrir certaines surfaces ainsi que des instruments médicaux.»

 

Question de marketing

Pourquoi alors le cuivre n’est-il pas employé davantage pour recouvrir diverses surfaces dans les hôpitaux, a demandé un des participants lors de la période d’échanges qui a suivi la démonstration.

 

«C’est une simple question de marketing, a indiqué le Dr Keevil. Le coût des produits à base de cuivre est d’ailleurs le même que pour ceux à base d’acier inoxydable. D’où des démonstrations comme celle-ci, pour inviter le plus de gens possible à s’informer.»

 

Un avantage indirect pour la fonderie Horne

«Comme nous sommes situés pratiquement au début de la chaîne de production, cette démonstration ne nous concerne pas directement. Par contre, plus on parle du cuivre, mieux c’est pour nous. Si le monde médical adopte le cuivre, il est certain que la demande va augmenter. C’est très intéressant, en tout cas. Ça pourrait stimuler encore plus l’exploration pour le cuivre», a commenté Mireille Grenier, coordonnatrice des communications chez Xstrata Cuivre fonderie Horne.

 

La démonstration du Dr William Keevil peut être visionnée au www.antimicrobialtouchsurface.com.

Patrice Rodrigue RSS Feed
AbitibiExpress vu sur "incapable de se taire"

Tag(s) : #SANTE

Partager cet article