Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une petite annonce passée en dessous du radar des médias :

"À partir du 13 juin 2011, à la suite d'une évaluation des résultats des mesures canadiennes et internationales, l'ACIA ( Agence Inspection Alimentaire du Canada) estime qu'il ne sera plus nécessaire d'analyser de façon routinière les produits alimentaires importés. L'ACIA continuera toutefois d'examiner les documents fournis par les importateurs. "
Source



Dans le même souffle je tombe sur ces articles là :

Sur BBB : un "tweet" d'un maraicher japonais sur les fameux documents des importateurs :
"Mais je vous avertis, qu'en tant que maraîcher très fier de faire pousser les meilleurs légumes possibles, que plus de 99,9% des produits agricoles expédiés ne sont pas testés, même aujourd'hui. Le test pour les matériaux radioactifs est fait par un prélèvement d'échantillon dans une seule exploitation prise au hasard par ville/cité/village. La « déclaration de sécurité » par les municipalités est délivrée en se basant sur ce fragile test. " Seulement 0,1% des légumes testés, le gouvernement décourage des contrôles sanitaires « non autorisés » dans les zones touchées.

Chez Kokopelli : "En fait, quelle serait la quantité de combustible à Fukushima-Daichi en attente de dilution dans l’atmosphère, les nappes phréatiques et l’océan? Selon Associated press, la quantité de combustible à Fukushima 1 serait de 3400 tonnes de combustible usagé dans les piscines de stockage et de 877 tonnes de fuel actif dans les coeurs des réacteurs, ou ce qu’il en reste. A savoir en tout 4277 tonnes de combustible.

Par comparaison, il y en avait 30 tonnes à Three Miles Island aux USA en 1979 et 180 tonnes à Tchernobyl en 1986. Donc, lorsqu’Arnie Gundersen déclare au quotidien Aljazeera que Fukushima = 20 fois Chernobyl, ce serait en fait Fukushima = 24 fois Chernobyl quant à la capacité de nuire au niveau de la quantité de combustible. Cependant, au vu de la quantité de plutonium dans la course, on peut estimer que la capacité de nuire de Fukushima est sans doute bien encore au-delà de cela. "

Nouvel Obs : " En attendant, l’eau radioactive continue à contaminer l’environnement. En mer, des mesures ont montré que les algues étaient excessivement radioactives. La pollution voyage sur des kilomètres via les poissons et mammifères marins. Hier, du césium a été trouvé dans des baleines capturées pour des buts "scientifiques" au large d'Hokkaido. " vu sur "au bout de la route"

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article