Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Il n'y a pas que des lanceurs d'eau à Ankara. La police a
aussi déployé des auto-mitrailleuses.


L’exaspération est d’autant plus grande que le gouvernement a multiplié les lois restreignant les libertés individuelles.
Dernier exemple en date: l’interdiction, votée fin mai, de vendre de l’alcool entre 22h et 6h, ce qui avait déclenché la polémique et alimenté, par la même occasion, les craintes de l’opposition laïque sur une «islamisation» de la société. 20 mm 



 
(un peu "juste")....et la presse (comme partout ?) :

A Istanbul, environ 3.000 personnes ont défilé lundi pour dénoncer le travail jugé partial des médias turcs au sujet de ce mouvement de protestation antigouvernemental. « Presse vendue ! », « on ne veut pas d’une presse soumise », a scandé la foule, rassemblée devant les locaux du groupe de médias Dogus Holding, qui détient notamment la chaîne d’information en continu NTV. Les manifestants ont également protesté contre « la soumission » de nombreux groupes de presse, dont la couverture de la protestation dirigée contre le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan est jugée trop timide.
A l’inverse, les réseaux sociaux se sont massivement mobilisés dès vendredi pour relayer les appels à manifester dans tout le pays et dénoncer la brutalité des interventions des forces de l’ordre.
La presse écrite et télévisée en Turquie est largement contrôlée par des conglomérats jugés proches du gouvernement islamo-conservateur au pouvoir depuis 2002. Seuls quelques journaux et chaînes de télévision affichent leur indépendance ou même leur opposition politique au pouvoir mais subissent, selon les organisations de défense de la presse, des pressions politiques et financières de sa part. les échos

Tag(s) : #CONFLICTS DANS LE MONDE

Partager cet article