Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SUITE AUX INONDATIONS À EL TARF

 

Les contrats de performance seront-ils respectés par les opérateurs agricoles activant dans le secteur de la tomate industrielle? Il est difficile d'y répondre par l'affirmative tant cette culture, tout au moins dans les régions du nord-est du pays, particulièrement dans la wilaya d'El Tarf, a subi de graves dommages suite aux dernières inondations qui ont affecté cette wilaya au mois de février dernier.
Toutefois, le directeur des services agricoles de la wilaya, Yacine Kourd, s'est montré confiant en assurant que «la campagne de plantation de la tomate industrielle débutera comme prévu au mois d'avril prochain», malgré les graves inondations.
Les agriculteurs, encouragés par le retrait des eaux de leurs parcelles, comptent «mettre les bouchées doubles» pour réussir cette campagne, d'autant que les plants et les intrants existent «en qualité et quantité suffisantes», selon ce même responsable. M.Kourd a ajouté qu'une superficie de 4.000 à 5.000 hectares a été retenue pour cette campagne. Pour de meilleures chances de réussite, un plan de lutte contre les mauvaises herbes a été élaboré alors que des traitements phytosanitaires et de traitement du sol «ont déjà été mis à exécution». Ces données techniques agricoles se déclinent avec la volonté des agriculteurs, conjuguée au soutien de l'Etat réaffirmé par le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, lors de sa dernière visite à El Tarf.
Ce soutien «permettra aux professionnels du secteur de répondre aux exigences du contrat de performance arrêté avec les instances concernées, malgré les aléas climatiques qui ont affecté cette région du pays», a soutenu le directeur des services agricoles. Ce dernier a aussi estimé que les rendements devraient «avoisiner, voire dépasser les 600 quintaux à l'hectare, selon la variété de semence».
Parallèlement, faut-il rappeler que 13 unités de transformation ont disparu en 2011.
Ces entités ont une capacité de production de 180.000 tonnes/an de double concentré de tomate, dont 80% peuvent être exportés. En effet, les besoins du marché national ne sont que de l'ordre de 70.000 tonnes par an seulement. Cette filière génère chaque année, en plus de 140.000 emplois directs permanents, environ 110.000 emplois saisonniers et indirects qui sont chaque année créés.
Par ailleurs, il est utile d'évoquer les difficultés financières dans lesquelles sont empêtrées les transformateurs de la tomate industrielle de l'est du pays qui avaient déclaré que «depuis l'année 2000, nous subissons des difficultés relatives, entre autres, à la perte de changes aux taux d'intérêt élevés durant la période 1999-2000, à l'insuffisance de soutien et principalement à l'absence de crédits saisonniers pour les campagnes courantes». Ainsi, les transformateurs des trois wilayas avaient-ils sollicité, à l'époque, les pouvoirs publics pour «un rééchelonnement de la dette (en application de la note du 27 janvier 2010 émanant de la direction de la régulation et du développement de la production agricole (Drdpa)».

source via "incapable de se taire"

Tag(s) : #VIE QUOTIDIENNE

Partager cet article