Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

kepler20f-Terre

Dans sa grande quête de planètes pouvant contenir la vie, le télescope spatiale Kepler et ses astronomes ont détecté deux petites planètes, dont une ayant une taille similaire à la Terre… Calmons-nous, elles sont un peu trop près de leur étoile pour contenir la vie comme nous la connaissons, mais cela annonce de futures découvertes passionnantes.

Précédemment, la sonde Kepler de la NASA découvrait la première planète en zone habitable.

Dans ce qui pourrait ressembler à un cadeau du cosmos en ces périodes de fêtes, les astronomes du vaisseau Kepler, de la NASA, ont annoncé mardi qu’ils avaient découvert une paire de planètes de la taille de la Terre orbitant une étoile lointaine. Les nouvelles planètes, dont l’une est aussi grande que la Terre et l’autre légèrement plus petite que Vénus, sont les plus petites jamais trouvé au-delà du système solaire.

Les astronomes ont déclaré que la découverte montre que Kepler pourrait en effet trouver des planètes aussi petites que la nôtre et serait un signe encourageant pour les chasseurs de planètes qui pourraient un jour réussir à trouver des planètes pouvant héberger la vie dans les cieux.

Depuis les premières exoplanètes de la taille de Jupiter, car elles sont connues, découvertes il y a près de 15 ans, les astronomes décortiquaient le ciel pour trouver des planètes de plus en plus petites.

Comparatif :

kepler-20f-kepler-20e

"Nous y sommes !", a déclaré David Charbonneau, un astronome au Centre Harvard-Smithsonian pour l’astrophysique, qui était membre de l’équipe qui a fait les observations, dirigé par son collègue François Fressin. L’équipe a rapporté ses résultats dans une conférence de presse en ligne ce mardi et dans un article publié dans la revue Nature.

Le Dr Fressin dit, "Cela démontre pour la première fois que des planètes de la taille de la Terre existent autour d’autres étoiles et que nous pouvons les détecter." L’annonce a doublé le nombre connu de planète de la taille de la Terre dans la galaxie de 2 à 4.

Selon les astronomes, le prochain objectif majeur dans la chasse aux planètes est de trouver une planète de la taille de la Terre dans la zone habitable d’une étoile (aussi appelé zone Goldilocks en anglais), où les conditions sont tempérées pour la présence d’eau et donc de la vie. Nous n’en sommes pas encore là.

Les deux nouvelles planètes, Kepler 20e et Kepler 20f, sont hors de la zone Goldilocks, si proche de l’étoile, appelée Kepler 20, que l’une d’elles grille constamment à une température de plus de 760 °c et donc invivable.

Le système Kepler 20 et le positionnement des 5 planètes par rapport à leur étoile et la mise à l’échelle avec la présence de l’orbite de Mercure :

kepler20f2

Bien que cette nouvelle étape était attendue de longue date, les réactions des astronomes de et en dehors de l’équipe de Kepler étaient jubilatoires. Geoffrey Marcy de l’université de Californie, Berkeley, un autre membre de l’équipe de Kepler, a appelé ce nouveau résultat "un tournant dans l’histoire humaine."

Debra Fischer, une chasseuse de planètes de Yale, qui ne faisait pas partie de l’équipe, a déclaré : “Cette prouesse technologique est extrêmement importante, car cela signifie que la détection des planètes de la taille de la Terre, à des distances plus importantes, est techniquement possible."

Kepler 20e, la planète de plus en plus chaude, est aussi la plus petite, environ 11 100 km de diamètre, ou légèrement plus petite que Vénus et elle réside à environ 8 millions de kilomètres de son étoile. La planète plus lointaine, Kepler 20f, est également chauffée à environ 800 degrés, est à 16 millions de km de son étoile. Elle fait 13 200 km de diamètre, soit environ la taille de la Terre. Les deux planètes sont présumées être des orbes rocheuses qui se forment à la périphérie de leur système planétaire pour ensuite migrer vers l’intérieur.

Kepler 20F, de même taille que notre planète, mais quand même beaucoup, beaucoup plus chaude (représentation artistique, clic pour agrandir) :

Kepler20f

Kepler 20E, légèrement plus petite que Venus, mais largement plus chaude qu’un four traditionnel :

Kepler20e

Leur étoile, qui est légèrement plus petite et plus froide que le Soleil, est à environ 950 années-lumière de nous. Kepler avait déjà recensé trois planètes semblables à Neptune autour d’elle, donc les nouvelles observations à ce jour portent le total à cinq. Toutes les planètes sont bien à l’intérieur, comme Mercure l’est dans notre propre système solaire, présentant un système riche en planètes invivables.

”C’est Vénus et la Terre dans un système à cinq planètes”, a déclaré le Dr Fischer.

Kepler détecte des planètes en observant des clignotements quand elles se déplacent en face de leurs étoiles. Depuis son lancement en 2009, la sonde a trouvé 2326 planètes potentielles, 207 qui serait de la taille de la Terre, si cela est confirmée puisque les deux ont été rapportés mardi.

La confirmation d’une planète, cependant, nécessite des observations supplémentaires, généralement des oscillations de son étoile alors qu’elle est tiraillée par d’autres planètes aux alentours. L’attraction gravitationnelle, des planètes aussi petites que la Terre sur leur étoile mère, est trop faible pour être mesuré avec les spectrographes actuels. Et les astronomes durent recourir à une méthode statistique appelée Blender, développée par le Dr Guillermo Torres et Fressin du Centre Harvard-Smithsonian, dans lequel des millions de simulations informatiques de l’arrière-plan des étoiles, essayent d’imiter le signal de Kepler. Ils ont conclu que Kepler 20e avait 3400 fois plus de chances d’être une planète que le bruit de fond, tandis que les chances en faveur de Kepler 20f étaient de 1 sur 1370.

La description en mouvement du système Kepler 20 (Harvard Smithsonian Center for Astrophysics) :

Confirmés (ou validés, comme l’équipe de Kepler aime à le dire), elles rejoignent les autres planètes déjà connues en orbite autour de leur étoile. Ce fut une surprise pour les astronomes qui pensaient savoir comment les systèmes planétaires se forment, les nouvelles orbites des planètes sont prises en sandwich entre les orbites de planètes plus âgées, plus grandes, une configuration qui ne se produit pas dans notre propre système solaire.

Le Dr Charbonneau de rajouter : "Dans le système solaire, les mondes rocheux et les géantes gazeuses ne se mêlent pas. Mais dans le système de Kepler 20, ils le font apparemment."

A partir du Harvard Smithsonian Center for Astrophysics : First Earth-Sized Planets Found.

source: Gurumed.org

Tag(s) : #CIEL et ESPACE

Partager cet article