Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une bonne nouvelle, cette prime ne sera pas versée, mais cela n’arrange pas le problème quand même, les privilégiés sont toujours privilégiés et les couillonnés sont toujours les même vaches à lait ! vu sur "les moutons enragés"

Les questeurs du Sénat ont annoncé l’annulation de la prime exceptionnelle de 3.531,61 euros qu’ils avaient décidé d’attribuer aux sénateurs. « Saisi par le Président du Sénat, le Conseil de Questure a décidé, lors de sa réunion du mardi 12 juillet 2011, de retirer sa décision du 15 juin 2011 de verser un complément d’ajustement de l’indemnité représentative de frais de mandat des Sénateurs », déclare un communiqué.

Le Sénat avait décidé d’attribuer 3.531,61 euros aux sénateurs, somme correspondant « à un rattrapage exceptionnel sur un complément d’indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) versé en une seule fois fin juin ».

Un sénateur touche une indemnité de base mensuelle de 5.514,68 euros bruts, à laquelle s’ajoute une indemnité de résidence de 165,44 euros et une indemnité de fonction de 1.420,03 euros, soit 7.100 euros brut au total. A cette somme s’ajoute l’IRFM d’un montant de 6.240,18 euros par mois au 1er mai 2011, destinée à « faire face aux diverses dépenses liées à l’exercice du mandat ».

Le président UMP du Sénat, Gérard Larcher avait dans un premier temps justifié ce « rattrapage valable pour les trois années 2010, 2011 et 2012″ avant de demander son annulation devant le tollé que cette prime avait soulevé.

Plusieurs sénateurs dont la sénatrice PS Nicole Bricq, le président centriste de la Commission des finances Jean Arthuis et le président du groupe Union Centriste François Zocchetto, avaient décidé de la rembourser. Le président du groupe PS, Jean-Pierre Bel, leur avait emboîté le pas demandant aux sénateurs PS de la rembourser « immédiatement », ainsi que le groupe CRC-SPG (PCF et Parti de gauche).

L’annonce de cette prime est intervenue après les révélations du site Mediapart sur des notes de frais douteuses d’un des trois questeurs, le sénateur PS Jean-Marc Pastor, et la publication par ce dernier d’un faux communiqué de soutien de M. Larcher.

Source: lefigaro.fr

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article