Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

-25 degrés à Moscou © belga.

De -25° à Moscou à plus de 24° dans le sud-ouest de la France: la météo a fait le grand écart à la veille de Noël en Europe, flirtant avec des records.

Le mercure a atteint dimanche 24,3° à Biarritz, selon Météo France, des températures près de 12 degrés au-dessus de la normale et proches des records pour la période de Noël.

L'été en hiver ? C'est l'image qu'offrait la côte basque ce week-end. Les vacanciers avaient ressorti tee-shirts, shorts et maillots de bain, pour se prélasser au soleil ou patauger les pieds dans l'eau.

"Ce sont quand même des températures remarquables, qu'on n'observe pas tous les ans. A cette époque de l'année, c'est toujours dans ces coins là qu'il fait le plus doux", relève un prévisionniste de Météo France, alors que sur le pourtour méditerranéen, l'humidité qui remonte de la mer freine un peu le thermomètre.

Le Sud-Ouest français est soumis à un flux de sud qui véhicule de l'air doux, un phénomène amplifié par "un effet de foehn, très classique dans ces régions", explique le spécialiste: la masse d'air venue du sud se réchauffe en descendant des Pyrénées, et du coup il fait plus chaud côté français que côté espagnol.

Chaud aussi en Italie
Le sud de l'Italie connaissait également une température exceptionnellement chaude, avec un agréable 22°C attendu sur les plages de Catane, en Sicile, à Noël.

Il faisait également particulièrement doux en Belgique et dans le nord de la France, tout comme en Autriche, où il n'a jamais fait aussi chaud depuis la Seconde Guerre mondiale un 24 décembre à Brand, à plus de 1.000 mètres d'altitude, avec 17°7 C.

En Allemagne, un record a été battu avec 18°9 C en Forêt Noire, tandis qu'à Munich, les conducteurs de cabriolet roulaient capote baissée.

En revanche, ce sont les précipitations qui faisaient l'actualité au Pays de Galles, en Ecosse ou dans le sud-ouest de l'Angleterre comme à Umberleigh où une femme a été secourue alors qu'elle était agrippée à des branches sur les rives d'une rivière en crue.

Records aussi mais en dessous de la normale en Russie

Plus 10 degrés, mais en dessous de la normale cette fois, en Russie, avec jusqu'à -25° relevés à Moscou. Un joli cadeau pour les petits Moscovites qui ont été autorisés lundi à sécher l'école, mais cette vague de froid inhabituelle, qui a vu les températures descendre sous les -50° à l'est de la Sibérie, a aussi des conséquences dramatiques.

Depuis la mi-décembre, 90 personnes sont mortes de froid en Russie, selon des sources médicales citées lundi par l'agence publique Ria-Novosti, et 83 en Ukraine, selon le dernier bilan officiel.

Cette vague de "froid extrême" est probablement la "plus rigoureuse de ces 70 dernières années", selon un prévisionniste de Météo-Consult.

La masse d'air très froid présente depuis plusieurs semaines sur l'Europe de l'Est est cependant en train de reculer.

Pour le professeur de physique du climat de l'université d'Oxford, Tim Palmer, ces événements météorologiques extrêmes s'expliquent par le jet-stream, flux d'air qui circule entre 6 et 15 kilomètres d'altitude, et dont l'ondulation est particulièrement forte en ce moment.

Cela signifie qu'il repousse l'air froid du grand Nord vers la Russie et amène l'air chaud vers le sud de la France et les pays voisins.

"La question est: est-ce que cette fluctuation et la configuration inhabituelle du jet stream est le résultat du changement climatique? ", s'interroge-t-il: "nous ne savons pas. Les modèles ne sont pas assez bons pour nous le dire". source

Tag(s) : #NATURE - ECOLOGIE

Partager cet article