Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La France décide de moins en moins, il y a l’Europe derrière qui choisi, impose, décide! Et il fallait bien s’attendre à une telle décision, aussi tragique et ubuesque, la remise en cause du moratoire sur les OGM !!! Plus je vois évoluer la situation, plus je pense qu’il faut vraiment quitter l’Europe et retrouver notre indépendance, quelles qu’en soient les conséquences ! vu sur "les moutons enragés"

 Nouvelle bataille juridique en vue à propos du maïs. PH. AFP Nouvelle bataille juridique en vue à propos du maïs. PH. AFP

En demandant à la France de revoir sa copie sur la suspension de culture du maïs génétiquement modifié de Monsanto, la justice européenne a porté un coup au moratoire décrété par la France et six autres pays européens (Allemagne, Hongrie, Grèce, Luxembourg, Autriche et Bulgarie) sur la culture de cet OGM controversé. …

La Cour de justice européenne n’a pas tranché pour déterminer si la décision prise par la France en 2008 d’interdire la culture de l’OGM MON 810 était légale ou non, mais elle a clairement indiqué que cette décision ne reposait pas en l’état sur une base juridique acceptable.

Avant d’interdire la culture de cet OGM, la France aurait dû informer préalablement la Commission européenne et établir l’existence d’une situation susceptible de présenter un risque important mettant en péril « de façon manifeste » la santé et l’environnement.

Ce sera au Conseil d’État français, la plus haute juridiction administrative du pays, de décider si Paris a respecté le droit pour interdire la culture du MON 810 sur son territoire.

Au cas où la décision prise en février 2008 serait annulée, le gouvernement français prendrait « une nouvelle clause de sauvegarde », a aussitôt prévenu la ministre française de l’ Écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet.

Cela promet de vives discussions avec la Commission. Bruxelles demande en effet que la décision d’interdire la culture d’OGM soit motivée scientifiquement et validée par l’Agence européenne de sécurité des aliments, un organisme accusé par des associations comme Greenpeace d’être « infiltré » par les multinationales de l’agrochimie car il a toujours donné des avis favorables à l’autorisation d’OGM dans l’Union européenne. •

Source: lavoixdunord.fr

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article