Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

© epa.

La télévision officielle syrienne a diffusé jeudi des images de Bachar al-Assad au palais présidentiel à Damas, coupant court aux spéculations alimentées par son silence après l'attentat contre son cercle rapproché. Une source officielle syrienne a de son côté affirmé qu'il se trouvait au palais présidentiel à Damas où de violents combats se déroulent entre rebelles et soldats.

Bien que le chef de l'Etat apparaît rarement en public, son silence après l'attentat a alimenté toutes sortes de rumeurs, notamment qu'il avait quitté la capitale syrienne pour la cité balnéaire de Lattaquié (nord-ouest). Sur les images diffusées par la télévision, on voit M. Assad, en costume bleu, recevant le nouveau ministre de la Défense, le général Fahd al-Freij, en uniforme militaire, après la prestation de serment. Les photos diffusées par l'agence officielle Sana sont prises au palais présidentiel à Damas. Le général Freij a succédé au ministre de la Défense le général Daoud Rajha, tué dans l'attaque de mercredi.

Outre le général Rajha, son vice-ministre, le général Assef Chawkat, beau-frère du président, et le général Hassan Turkmani, chef de la cellule de crise mise en place pour mater la révolte, ont été tués dans l'attentat lors d'une réunion au bâtiment de la Sécurité nationale à Damas. "Le président Assad est à son palais où il travaille normalement", a affirmé à l'AFP la source officielle à Damas. Un conseiller du président syrien, joint par téléphone, a tenu des propos identiques dans une déclaration à l'AFP à Beyrouth: "Il se trouve au palais présidentiel à Damas avec ses collaborateurs et dirige les destinées du pays", a-t-il affirmé sous couvert de l'anonymat en précisant qu'il était en contact direct avec le chef de l'Etat.

Possible explication des spéculations: La mère et la soeur de M. Assad se sont rendues mercredi soir dans la ville de Tartous (ouest) pour l'enterrement d'Assef Chawkat selon une source de sécurité. "Anissa al-Assad, la femme du président défunt Hafez al-Assad, sa fille Bouchra, et plusieurs autres femmes de leur entourage sont parties hier (mercredi) soir en avion pour Lattaquié (nord-ouest) afin de se rendre ensuite à Tartous", a-t-elle précisé jeudi. L'aéroport de Lattaquié est le plus proche de Tartous, d'où est originaire Assef Chawkat, mari de Bouchra. "Elles doivent participer à l'enterrement et recevoir les condoléances pour sa mort", a ajouté cette source, précisant que les funérailles devraient se tenir vendredi.

Depuis le début en mars 2011 de la révolte populaire réprimée dans le sang par ses forces, M. Assad n'a prononcé que six discours et a donné quelques interviews à la télévision syrienne et à des chaînes et journaux étrangers. Le dernier discours du président remonte au 2 juin, durant lequel il assuré vouloir en finir avec la révolte qu'il assimile à du "terrorisme". Des sources de l'opposition avaient annoncé mercredi que Maher al-Assad, frère du président syrien, se trouvait à la réunion visée par l'attentat, et qu'il serait même mort. Mais une source autorisé syrienne a affirmé qu'il ne participait jamais à ce genre de réunion.

"Aucun des responsables opérationnels sur le terrain n'est présent dans cette cellule de crise qui sert surtout à proposer au chef de l'Etat des orientations générales", selon elle. source

--------------------------------------------------------------------------------------------

Syrie : Bachar Al-Assad se serait retiré vers Lattaquié pour livrer sa dernière bataille parmi les siens

L’opposant syrien Ammar Al-Korabi, interrogé par la télévision "Al Arabiya", affirme à l’instant qu’un avion présidentiel vient de décoller de l’aéroport militaire de Mazzé (banlieue de Damas), en direction de Lattaquié. Le président Assad aurait ainsi décidé de se replier parmi les siens, dans l’ouest, pour livrer sa dernière bataille.

Syrie : Bachar Al-Assad se serait retiré vers Lattaquié pour livrer sa dernière bataille parmi les siens

Cette information n’est toujours pas confirmée de sources neutres, bien que des responsables américains affirment ignorer où se trouve Bachar Al-Assad. Selon l’opposant Ammar Al-Korabi, Assad se serait replié dans le réduit alaouite, sur la côte syrienne, afin de mener sa dernière bataille, après la décapitation de son état-major militaire et sécuritaire ce mercredi.
Les révolutionnaires syriens regrettent cette fuite probable de Bachar Al-Assad, déguisée en repli au sein de sa communauté, et promettent que le projet d’un Etat alaouite sera voué à l’échec. Non seulement parce que les Syriens, dans leur majorité, refusent le démembrement du pays, mais aussi parce que les Alaouites, exceptés les miliciens des Chabbiha, n’en veulent pas d’un transfert de la dictature vers leur territoire. En tout état de cause, les opposants syriens, qui ont promis une fin de Bachar Al-Assad semblable à celle de Saddam Hussein ou de Moammar Kadhafi, regrettent de ne pas pouvoir « Saddamiser » le très probable ex-dictateur.
Dario S. source

----------------------------------------------------------------------------------

Si Damas chute, Israël et ses champs de gaz seront menacés

Selon le site DEBKAfile, les forces militaires syriennes se sont rassemblées ce 17  juillet  pour sauver Damas.

Des chars et des véhicules blindés se sont positionnés en force dans le centre de la capitale et autour des bâtiments gouvernementaux.

Cependant,six bataillons de la milice Bachar Assad  ont déjà été capturés dans la banlieue sud de Meidan et Tadmon ce lundi.

Depuis ,le général syrien  s’est retiré  du complexe fortement fortifié de la rue Shuhada dans le centre de la capitale.

Si Damas chute et si Assad est coincé, la région tout entière sera en danger et des répercussions plus graves sont à craindre, car ni la Syrie ,ni Téhéran n’accepteront cette défaite. Selon des sources militaires, DEBKAfile  affirme que cette guérilla  évoluera  en fonction de la détermination des rebelles syriens face à Bachar al-Assad , et cela pourrait produire des échanges  sanglants.

La liste des prochaines cibles stratégiques est longue  et ce sont les  installations pétrolières au Moyen Orient, Israël, les États-Unis, la Turquie, l’Arabie Saoudite ou la Jordanie qui pourraient être visés à l’avenir.

Samedi, la police chypriote a capturé un terroriste du Hezbollah qui projetait un attentat sur un vol El Al et des bus touristiques à Limassol.

Il est aussi à  craindre la réaction de Téhéran ,étant donné que l’île de Chypre, située sur  la Méditerranée pourrait entrer dans le cadre d’un complot visant Israël et ses champs gaziers  sachant qu’ils se trouvent à  80 kilomètres à l’ouest de Haïfa.

Il ne faut pas oublier aussi le risque de la fermeture du détroit d’Ormuz et les menaces de  frappes contre les installations pétrolières du Golfe.

Le commandant de la Marine, dirigé par le major-général Ram Rothberg a été appelé  à placer la semaine dernière cinq navires de guerre et des sous-marins afin de protéger les champs de gaz d’Israël  qui sont en plein essor et valant plus  d’un milliard de dollars. Ces préparatifs interviennent  à la lumière des attaques verbales proférées par le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, qui a proposé de viser les installations d’extraction de pétrole et de gaz, en Méditerranée.

Les hauts officiers de l’armée israélienne déclarent que les installations d’extraction de gaz, en Méditerranée, deviendront une cible pour les organisations terroristes qui tenteront de les contrôler ou les cibler, via des roquettes, des mines ou des attentats terroristes.

Le souverain syrien a alimenté sa menace en déplaçant  des missiles et des obus armés de gaz moutarde, gaz sarin et  cyanure stocké depuis des années à Homs, Lattaquié et Alep et Nawaf.

Source:

 

 

 

---------------------------------------------------------------------------------------

LA GUERRE d'ORMUZ REPORTEE DE 6 MOIS.... = le 17/01/2012

 

Bonne nouvelle, les Américains et Israeliens ne sont pas encore prêts, du coup ils ont décidé de reporter le grand mariage, pardon, les hostilités d'Ormuz vers le mois de juillet...

Tous ceux qui ont parié sur une montée brutale du brut en janvier et février en seront pour leur frais.

Certains se sont mis des milliards dans la poche avec cette affaire. En fait, le bon plan pour Obama consiste à avoir la guerre au moment même des élections américaines. Un peu comme Clinton... avec le bombardement de la Serbie pour le sauver du bourbier Monica Lewinsky.

 

 Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2012

Tag(s) : #3 ème guerre mondiale

Partager cet article