Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Via : Bellaciao.fr

mardi 6 novembre 2012

http://regardsurlarealite.r.e.pic.centerblog.net/o/6065c7bc.jpg

Le gouvernement vient de répondre aux demandes insistantes du patronat en imaginant un « crédit d’impôt » de 20 milliards pour les entreprises.

Ce « crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi » (CICE) est une des mesures du plan dévoilé à l’issue d’un séminaire gouvernemental réuni au lendemain de la présentation du rapport d’un patron pour les patrons, rapport qui recommandait une baisse de cotisations sociales de 30 milliards d’euros (pour en obtenir 20 ?).

1) Le gouvernement aide le patronat à baisser les salaires. Le montant du CICE sera calculé en proportion de la masse salariale brute des entreprises hors salaires supérieurs à 2,5 fois le smic et s’appliquera aux impôts sur les sociétés au titre de l’exercice 2013, donc en 2014, selon les documents de Matignon. Il équivaut, pour les netreprises, à une baisse de 6% des salaires (salaire net + cotisations sociales).

===> En fixant le plafond de l’intervention de l’Etat à 2,5 SMIC, le gouvernement est exactement dans la même démarche idéologique de la droite, qui avait conçu les exonérations de cotisations jusqu’à 1,6 SMIC. Les entreprises sont donc clairement incitées à maintenir les salaires à un niveau inférieur à ce plafond. La nouveauté « de gauche », est que contrairement à la droite, cette trappe à bas salaire concerne désormais la grande majorité des salariés et non plus la moitié la plus mal payée (jusqu’à 1,6 SMIC) !

2) Le gouvernement s’attaque aux consommateurs.

On le sait, la TVA est l’impôt le plus injuste, puisque ne prenant pas en compte les capacités contributives de celui qui le paie.

 La « gauche » dans l’opposition avait combattu la TVA sociale, rebaptisée antidélocalisation, par la droite. Le vote anti-Sarkozy s’était largement expliqué par cette promesse électorale de ne pas augmenter cet impôt-là ; la TVA…

 La « gauche » de gouvernement n’a rien trouvé de mieux que d’augmenter la TVA (de 19,6 à 20%, pour le taux normal, de 7 à 10% pour le taux d’intermédiaire…et pour prouver que la politique menée est bien « de gauche », une baisse dérisoire de 5,5 à 5% pour le taux réduit : la « gauche » pense bien à ses pauvres…

Tag(s) : #POLITIQUE

Partager cet article