Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est une décision sans précédent au plan international. Au terme de 13 années de procédure, la cour d'appel de Paris a condamné ce jeudi deux entités de la Scientologie française à 600 000 euros d'amendes pour "escroquerie en bande organisée".

    La France est-elle exceptionnellement dure vis-à-vis de la scientologie ?

La France est-elle exceptionnellement dure vis-à-vis de la scientologie ? Crédit Reuters

 

Atlantico : La cour d'appel de Paris a condamné ce jeudi les deux principales structures françaises de l'Eglise de scientologie à une amende totale de 600 000 euros, pour "escroquerie en bande organisée". Cela vous étonne-t-il ?

 

 

Lors du procès en appel, les avocats ont tout fait pour « noyer » le procès en utilisant des QPC (Question prioritaire de constitutionnalité) au moment des audiences il y a quelques mois. Du coup les débats n’ont pas eu lieu… Les scientologues ont préféré éviter leur procès. Ils ont été condamnés avec les mêmes peines qu’en première instance. Mais on aurait même pu s’attendre à ce qu’ils soient encore plus sanctionnés !

 

La scientologie n’a pas dû être surprise dans la mesure où elle a pris le risque d’une défense de rupture. Elle a voulu expliquer que la France est un pays liberticide et que, la scientologie étant une religion, la France condamnait une religion. Leur idée est de déposer un recours en cassation d’abord et ensuite devant la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) car c’est là-bas que devrait se jouer le débat demain. Ils auront beau jeu d’expliquer qu’ils sont reconnus en tant que religion dans d’autres pays comme les Etats-Unis ou l’Espagne – ce qui est faux – pour clouer la France au pilori…

 

Justement, la France est-elle exceptionnellement dure vis-à-vis de la scientologie ?

 

La France est clairement en pointe. Ceci est dû à des raisons historiques (séparation de l’Eglise et de l’Etat, etc.). Deux autres pays en Europe le sont aussi : la France, la Belgique et l’Allemagne. Mais la scientologie a des procès partout. Y compris aux Etats-Unis. Et si j’ai titré mon ouvrage « Scientologie : Autopsie d’une secte d'Etat», c'est que je crois qu’elle sombre. A la fois pour de questions judiciaires car les procès s’accumulent. Pour des raisons médiatiques aussi car les médias en parlent de plus en plus. En plus, internet a un impact incroyable car tous les adeptes qui sont complètement coupés de l’extérieur et qui se font laver le cerveau en interne, commencent via les blogs ou via Anonymous à faire connaître la réalité longtemps cachée de la secte. Internet délie les langues et certains adeptes n’hésitent plus à porter plainte. La décision française peut faire boule de neige. Ainsi, on attend un procès très important en Belgique. Et je pense que la justice d’outre-quiévrain attendait que la justice française se prononce… D’ailleurs, même en France, d’autres procès sont en cours pour des affaires tout aussi graves… Il n’y a pas de raison que la scientologie ne soit pas encore condamnée.

Que reproche-t-on à la scientologie, des tests de personnalités hors de prix, des saunas ou des vitamines vendus trop cher. Est-on dans le vol complet ou existe-t-il -un tant soit peu- une « pensée » scientologue à « sauver » ?

 

C’est un vaste sujet. Je n’ai jamais eu de considérations morales sur la scientologie. Selon moi, il n’est pas incompréhensible de croire en un extra-terrestre qui a fait exploser un volcan (comme le défend la Scientologie) que de croire à la traversée de la mer Rouge ! On parle de la théorie et chacun croît ce qu’il veut. D’ailleurs toute leur défense réside dans le fait qu’on les attaque sur leurs croyances. Or la justice ne les attaque pas sur leurs croyances ou sur leurs rites mais sur des faits. Par exemple, au sujet des vitamines ou de « l’électromètre », la scientologie s’est déjà faite condamner pour « exercice illégale de la pharmacie » et elle s’est défendue en prétendant que ceci relevait des rites religieux en taxant ses adversaires d’intolérance.

 

 

 

Donc cela ne peut être que de l’escroquerie en bande organisée ?

 

Oui on a mis au jour tout le système pour construit autour de la vente de produits via –notamment- des incitations abusives aux adeptes. On n’a pas condamné un type en bout de chaîne, mais bel et bien un système. Des pièces du dossier expliquaient quelle méthode employer pour vendre le plus de cours possible, on parle même de « hard sale », de « vente agressive » pour que les adeptes dépensent le plus possible. Ce sont ces méthodes-là qui ont été jugées ! On ne condamne pas les croyances mais les pratiques d’escroquerie en bande organisée. C’est très grave !

 

Vous évoquiez Anonymous. Quelle a été leur influence ? Internet a-t-il eu la peau de la scientologie ?

 

Non, internet n’a pas eu la peau de la scientologie car la scientologie est encore vivante. Et d’ailleurs, je ne souhaite pas forcément sa mort. Mais en effet, Anonymous a eu un rôle crucial. On a tendance à ne voir dans ce mouvement que Megaupload. On l’a oublié car Anonymous n’est pas hiérarchisé et s’est attaqué à d’autres problèmes.

 

Mais initialement Anonymous s’est fait connaître par sa lutte dans la scientologie. Ils sont les premiers à avoir mis en lumière les méfaits de la scientologie en rendant accessible des milliers de documents internes à la secte. Leur agit-prop sur internet a sensibilisé l’opinion publique et a porté un gros coup à l’image de la scientologie. Un grand coup car, justement, la scientologie mise tout sur son image grâce notamment à ses stars d’Hollywood et ses programmes humanitaires. Le procès à Paris leur a coûté plus d’un million d’euros car ils tiennent à leur image. Et ce n’est pas un hasard si le tribunal a demandé également que la peine soit publiée dans plusieurs quotidiens nationaux en mettant en avant la valeur pédagogique du jugement…

Propos recueillis par Antoine de Tournemire

 





Emmanuel Fansten

 

Emmanuel Fansten est journaliste et l'un des spécialistes de la Scientologie en France. Il est l’auteur de Scientologie : autopsie d'une secte d'Etat (Robert Laffont, 2010).

 

 

Voir la bio en entier

Tag(s) : #RELIGIONS

Partager cet article