Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

l'esprit est comme un parapluie = ne sert que si il est ouvert ....Faire face à la désinformation


La Cour européenne des droits de l’homme statue que l'on peut contester tous les génocides sauf celui de la Shoah

Publié par Brujitafr sur 18 Décembre 2013, 15:10pm

Catégories : #ACTUALITES

2 poids 2 mesures, comme d'habitude quand il est question d'Israël.

Inauguration du parlement juif européen

Inauguration du parlement juif européen

Poursuivre en justice une personne et la condamner parce qu’elle a nié le génocide arménien de 1915 est une atteinte à la liberté d’expression, a tranché mardi la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), donnant raison à un Turc condamné en Suisse.



« Le libre exercice du droit de débattre ouvertement de questions sensibles et susceptibles de déplaire est l’un des aspects fondamentaux de la liberté d’expression », ont rappelé les juges de Strasbourg, qui en conséquence ont condamné Berne pour avoir violé la liberté d’expression du requérant.

Cet arrêt n’est pas définitif. Les autorités helvétiques ont trois mois pour le contester en demandant un nouvel examen de cette affaire, ce que la CEDH n’est toutefois pas tenue de leur accorder.

La Cour avait été saisie par le président du Parti des travailleurs turcs, Dogu Perinçek, une petite formation de gauche. L’intéressé avait été condamné à une amende par la justice suisse, en 2007, pour avoir, « animé par des mobiles racistes, nié le génocide arménien à trois reprises, lors de conférences tenues en Suisse en 2005″.

Dogu Perinçek avait qualifié le génocide arménien de « mensonge international » et avait nié, à propos des massacres et déportations ayant entraîné la mort de centaines de milliers d’Arméniens en 1915, la volonté génocidaire de l’Empire ottoman.

Un tribunal de Lausanne avait considéré que les déclarations de Dogu Perinçek n’étaient pas motivées par la volonté de susciter un débat historique.

De leur côté, les juges européens ont souligné mardi qu’il ne leur appartenait pas de se prononcer sur la réalité des massacres subis par les Arméniens en 1915, ni sur l’opportunité de qualifier ces faits de « génocide ».

Ils ont cependant observé que l’emploi du terme « génocide » pour évoquer ces événements ne faisait pas consensus. En outre le requérant, « qui n’a jamais contesté les massacres et les déportations pendant les années en cause », « n’a pas exprimé de mépris à l’égard des victimes », ont-ils noté.

Dès lors, M. Perinçek « n’a pas usurpé son droit de débattre ouvertement des questions, même sensibles et susceptibles de déplaire », ont estimé les juges européens.

La Cour précise par ailleurs qu’il faut « distinguer clairement cette affaire de celles qui portent sur la négation des crimes de l’Holocauste » commis par le régime nazi, « des faits historiques, parfois très concrets, comme l’existence des chambres à gaz », et qui par ailleurs « avaient été jugés clairement établis par une juridiction internationale ».

Source :
7sur7.be

Commenter cet article

raimanet 21/01/2014 20:45


http://raimanet.wordpress.com/2014/01/17/l-anticommunisme/


http://wp.me/3aME7
https://www.un.org/fr/documents/udhr/#a19
http://www.desobeissancecivile.org/servitude.pdf

zelectron 18/12/2013 18:08


Les juifs se déshonorent en continuant à vouloir être à part de l'histoire des massacres et génocides de l'humanité même si la shoah leur a été terrible
intrinsèquement.

christiane 18/12/2013 15:47


Tiens! tiens !!  tous  les  génocides  peuvent  être  contestés  sauf  ceux  de  la  Shoah;  pourquoi  cela,  pourquoi 
une  telle  différence  de  traitement ?  la  vérité  émergerait  et  ne  manquerait  pas  de  faire   l'effet 
d'une  bombe  à  l'échelle  internationale.  Tout  le  monde  ne  sait  pas  qu'il  y  eut  des  accords 
signés  entre  le  Fürher  et  les  sionistes,  un  pacte  germano-sioniste  dans  l'entre  deux  guerres.  Cet 
accord  portait  sur  le  transfert  vers  la  Palestine  de  capitaux  que  les  juifs  allemands  candidats  à 
l'émigration  souhaitaient  emporter  avec  eux.  Cet  accord  est  confirmé  par  l' Historien  Eliahu  Ben  Elissar 
qui  maintient  entre  autres  que  le  Fürher  poursuivait  la  même  politique  bien  après  son  accession  au 
pouvoir  ce  qui  ne  devait  pas  obligatoirement  déboucher  sur  l'issue  de  la  nature  de " décision fatale".  Il 
apparait  donc  que  la  soit-disant  "shoah" n'a  jamais  pu  être  prouvée  par  des  documents  écrits.  C'est 
sans  aucun  doute  la  raison  pour  laquelle  elle  a  été  érigée  en  dogme  et  que  personne  n'a 
le  droit  de  la  contester.  Toute  cette  affaire  ne  serait  donc  qu'un  écran  d'enfumage  pour  permettre 
aux  sionistes  d'instaurer  le  NOM  sans  opposition. 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

<