Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


La cométe ison serait escortée par plusieurs objets inconnus

Comet ison news : accompagné de 2 objets selon le radar chinois

Florilège de photos de la comète ison

Cette fois, ça y est, les choses sérieuses commencent… La comète ISON, que les astronomes amateurs et professionnels suivent avec curiosité depuis plus d’un an, est en pleine effervescence et change d’aspect d’heure en heure… Tous les observatoires du monde ont un télescope pointé vers la belle comète, qui gagne en éclat et en taille de nuit en nuit…

Pourquoi cet engouement ? Parce que ISON, après son passage auprès du Soleil, le 28 novembre, pourrait offrir un spectacle extraordinaire… Pourrait ? Oui : les comètes, astres fantasques et fragiles, sont notoirement imprévisibles. Alors, « grande comète de 2013 », comme je l’espérais ici voici quelques mois, « comète du siècle », selon des confrères peut-être trop optimistes, ou « flop de l’année » ? En fait, cette question n’intéresse que les astronomes amateurs, et le grand public, qui peut espérer contempler à l’œil nu le passage de la comète dans le ciel de la Terre.

Mais pour les scientifiques, les choses ne se présentent pas ainsi. Pour eux, la comète ISON sera dans tous les cas une source d’information précieuse sur les petits corps glacés qui orbitent loin du Soleil. ISON (International Scientific Optical Network) a été découverte en Russie par Vitali Nevski et Artyom Novichonok en septembre 2012. Très vite, il est apparu que l’astre provenait probablement du nuage de Oort, situé à des centaines de milliards de kilomètres du Soleil. Ce nuage, qui pourrait contenir des milliards de comètes, serait le vestige de la formation du système solaire et marquerait sa limite.

ISON pourrait donc être l’une de ces comètes primordiales, qui, venue des fins fonds du ciel, nous visiterait pour la première – et peut-être la dernière – fois… Son voyage, depuis qu’elle a décroché de son orbite lointaine, a probablement duré un million d’années.

En s’approchant du Soleil, ISON, d’abord complètement gelée, a commencé à sortir de son hibernation entre les planètes Mars et Jupiter, au printemps 2013. La comète, qui mesure environ 2 kilomètres de diamètre et pèse peut-être dix milliards de tonnes, regorge de glaces, de gaz et de poussières. Aujourd’hui, chauffée par le Soleil qu’elle voit se rapprocher dangereusement, elle se sublime et éjecte des milliers de tonnes de matière à chaque seconde ! L’astre est désormais auréolé d’une chevelure pleine de glace et de poussières. En s’approchant du Soleil, la chevelure de la comète va s’accroître encore puis ISON va développer une queue longue de plusieurs dizaines de millions de kilomètres…

On en est là aujourd’hui. La comète, distante de moins de cent millions de kilomètres du Soleil, et qui fonce vers lui à raison de cinq millions de kilomètres par jour, projette derrière elle une magnifique chevelure. Son éclat, entre le début et la mi novembre, a augmenté d’un facteur cent ! Sous un très bon ciel, il est possible de l’apercevoir à l’œil nu et aux jumelles, dans la constellation de la Vierge. Mais la Lune va bientôt éclairer le ciel nocturne et probablement éclipser la comète jusqu’à la fin du mois…

Cette augmentation d’éclat est-elle une bonne nouvelle ? Pas forcément… D’après les mesures réalisées à l’observatoire de Pico Veleta, dans la Sierra Nevada andalouse, ce regain d’activité pourrait être lié à une fragmentation du noyau, la comète pourrait se briser et s’évaporer littéralement lorsqu’elle s’approchera du Soleil. Car ISON, dans sa trajectoire céleste, a choisi de jouer avec le feu… Le 28 novembre 2013, en effet, elle passera à un peu plus de un million de kilomètres seulement de notre étoile ! Là, durant, quelques heures, chauffée à plus de 2000 degrés, elle risque tout simplement de se désintégrer sous l’effet de l’attraction et de la chaleur de notre étoile.

Nous allons vivre cet événement heure par heure. En effet, si la comète, en frôlant le Soleil, sera évidemment invisible depuis la Terre, en revanche, elle n’échappera pas aux télescopes spatiaux en orbite autour de notre étoile, Stereo A, Stereo B, Solar Dynamics Observatory et Soho, qui la surveillent 24 h sur 24. Nous saurons donc, dès le 28 novembre, ce qui nous attend lorsque la comète s’éloignera du Soleil pour émerger dans les lueurs de l’aube, début décembre…

Si ISON survit à son incroyable rases-mottes stellaire, nous devrions voir émerger sa chevelure au dessus de l’horizon est le 3 ou le 4 décembre, à l’aube. Puis, nuit après nuit, elle s’éloignera du Soleil et se montrera, en fin de nuit, de plus en plus haut sur l’horizon, cheminant entre les constellations de la Couronne Boréale, le Bouvier, le Dragon et la Grande Ourse. Mais ne tirons pas de plans sur la comète avant d’assister à son passage face aux feux du Soleil.

Serge Brunier

http://www.science-et-vie.com/2013/11/16/comete-ison-que-va-t-il-se-passer/

Tag(s) : #CIEL et ESPACE

Partager cet article