Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié le 31/05/2011

Par Richard North, de Bradford, Royaume-Uni

Si vous vous adressez à des gens sérieux, non des politiciens stupides et creux et leur clique des médias, ils vous diront leur inquiétude. Et vous pouvez la voir dans leurs yeux. Ils savent très bien que l’effondrement d’une monnaie est un événement qui change la vie, et qui, pour de nombreuses personnes, peut même la leur prendre.

Désormais, ces inquiétudes commencent à remonter à la surface, mais il n’y a rien qu’un observateur intelligent n’aurait pu comprendre par lui-même, et c’est même le gros de ce qui motive nos propos ici même. Quand l’effondrement viendra, il ne pourra pas être contenu.

Celui qui vend la mèche, c’est le quotidien allemand Bild, qui a mis la main sur un rapport de la CIA avertissant que les dures mesures d’austérité et la situation déplorable en Grèce, pourraient entrainer une escalade, et même un coup d’État.

Ceci est repris dans la presse turque, et vous pouvez parier ce que vous voulez qu’Ankara suit tout cela de très près. Une junte militaire à sa porte, peut-être à la recherche d’aventures étrangères pour détourner l’attention sur la situation interne, n’est pas ce dont nous avons besoin en ce moment.

Le point qui compte c’est qu’aucune personne raisonnable ne s’attend à ce que le gouvernement grec évite de faire défaut sur sa dette. Le plus certainement, les autres PIIGS suivront, et l’effet domino sera catastrophique. De plus, il n’est même pas certain que la contagion s’arrêtera là. L’Espagne est presque aussi fragile, et l’expérience d’un régime militaire y est encore plus récente.

Avec de tels lourds nuages s’amoncelant dans le ciel de l’Europe, on peut s’attendre à ce que la situation politique du continent soit complètement remodelée d’ici à l’hiver prochain, avec des effets que nul ne peut prévoir.

Actuellement, donc, ce ne devrait pas être Twitter, les footballeurs ou les stars des reality shows à la une des médias britanniques. Mais le fait que ceux-ci adoptent instinctivement la politique de l’autruche est peut-être révélateur de l’intensité de la tempête qui s’annonce. Ils l’avaient fait avant la IIème guerre mondiale, et ils le font de nouveau maintenant.

Le bon côté des choses, c’est que ça pourrait prendre des années, et même une décennie, avant que l’instabilité ne se répande jusqu’au Royaume-Uni. Le problème, cependant, c’est qu’il n’y a aucun signe d’un Churchill en attente dans les coulisses, prêt à mener la nation vers des cieux plus cléments (non pas que lui l’ait jamais fait). Mais il n’y a même pas d’espoir de jours meilleurs pour nous avec des gens qui n’ont qu’un petit pois dans la tête, comme Cameron actuellement aux commandes. Avec lui, ça pourrait bien être nos heures les plus sombres.

Mais sombres à quel degré et à quel rythme, nul ne le sait.

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article