Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


De gros godillots qui foulent le drapeau suisse, des minarets en forme de missiles, des étrangers à la mine patibulaire, l'extrême droite helvétique s'inspire de la propagande nazie.

La campagne nauséabonde des populistes suisses

L'affiche islamophobe du parti suisse UDC.© Salvatore Di Nolfi / AP Photo

De notre correspondant à Genève,

Sur l'affiche, un gigantesque préservatif est en apesanteur au milieu d'un ciel étoilé, avec pour slogan "Une Suisse protégée des virus européens. Votez UDC". L'Union démocratique du centre, le parti le plus à droite de l'échiquier politique helvétique, favori des élections fédérales de ce dimanche, ne fait pas dans la dentelle. Dotée du budget le plus important de cette campagne électorale, la formation d'extrême droite a recouvert la Confédération de placards montrant des godillots piétinant le drapeau rouge à croix blanche, avec pour leitmotiv "Stopper l'immigration massive ! Les Suisses votent UDC".

En 2007, l'UDC sort vainqueur des élections législatives, avec 28,8 % des suffrages. Cette fois, elle espère franchir la barre symbolique des 30 %. Les Suisses élisent dimanche à la fois les 200 députés du Conseil national (Assemblée nationale) et les 46 sénateurs du Conseil des États (Sénat). Étrangement, le grand communicateur de ce parti nationaliste n'est pas un Suisse, mais un Allemand de 47 ans, Alexander Segert, originaire de Hambourg et installé à Zurich depuis 26 ans. 

Faire "simple et stupide"

Il est le père des trois moutons blancs chassant du pré un mouton noir. Une affiche souvent reprise par d'autres partis d'extrême droite en Europe, et qui rappelle la propagande nazie des années trente. À cela, Alexander Segert répond qu'il ne s'occupe pas du passé. "Je m'intéresse aux problèmes d'aujourd'hui et je leur donne une forme." Le patron de l'agence Goal, qui oeuvre pour l'UDC, revendique sans état d'âme la méthode du KISS - Keep It Simple and Stupid - ("Reste simple et stupide").

Considérant que les gens ne font que jeter un oeil sur les affiches électorales, Alexander Segert estime qu'ils doivent pouvoir saisir le message en une fraction de seconde. "Un enfant de 12 ans comme une grand-maman. C'est d'ailleurs elle qui va voter", confie-t-il à La Tribune de Genève.

Quand Alexander Segert dessine des étrangers à la mine patibulaire, il prétend qu'il ne les "diabolise pas", il ne ferait que "grossir" le trait. "Nous avons dû exagérer parce qu'au départ tout le monde était contre nous", explique cet ancien étudiant en histoire. À l'origine, l'UDC était un petit parti centriste, défendant les paysans et les artisans en Suisse alémanique. Puis, dans les années quatre-vingt, sous l'impulsion de Christoph Blocher, un homme d'affaires milliardaire de Zurich, la formation vire à la droite de la droite. En 1991, l'UDC dépassait à peine 11 % des suffrages. Elle en espère demain au moins 30 %.

source: LePoint.fr

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article