Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

США ЕС США Евросоюз флаг

© Flickr.com/openDemocracy/cc-by-sa 3.0

L'Union européenne et les Etats-Unis sont en train de mener actuellement des négociations sur la création d’une union économique et commerciale. Selon les médias, Washington et Bruxelles prépareraient un accord sans précédent sur la création d’un marché transatlantique commun. Le but de ce projet – c’est l’instauration d’une union entre l'Ancien et le Nouveau monde pour contrebalancer les marchés croissants des pays BRICS, notamment l'Inde, la Chine et la Russie.

Peu nombreux sont ceux qui savent que c’est l’Allemagne qui fut l’initiateur de l'intégration économique de l'UE et des Etats-Unis. La chancelière Angela Merkel a proposé cette initiative en 2007. Ce plan n’a pas plu à Washington, et avec la crise de 2008, il a été mis aux oubliettes. Selon des données officieuses, les pourparlers secrets concernent pour l’instant le domaine de l'investissement mutuel et le développement des normes communes, notamment en matière de la fiscalité et la médecine. Cependant, les experts affirment que l’intégration des économies des deux régions va être extrêmement difficile. Il est important notamment de faire en sorte que cette initiative ne porte pas préjudice aux marchés des grandes sociétés européennes et américaines, explique le politologue Mikhaïl Neïjmakov.

« La création d’une telle zone économique pourrait aider un certain nombre de sociétés d’un côté et de l’autre », affirme-t-il. « Mais les dirigeants occidentaux doivent tenir compte du fait que les deux côtés fabriquent des produits à forte valeur ajoutée et sont donc des concurrents dans ce domaine. Par exemple, dans l’aviation. En ouvrant un accès plus facile aux deux marchés, l’Europe et les Etats-Unis porteraient ainsi atteinte à l’activité de leurs propres entreprises qui sont déjà en concurrence directe ».

L'émergence d’une zone économique transatlantique pourrait stimuler la croissance aux États-Unis et dans l'Union européenne. Les experts ont déjà calculé que la suppression des taxes sur le commerce augmenterait la croissance du PIB de l'UE de 0,5% et celle des Etats-Unis de 1,5%. Les exportations pourraient faire un bond de 25%, ce qui boosterait la croissance économique et permettrait à l’Europe et aux Etats-Unis de résister à la croissance des pays BRICS. Car depuis plusieurs décennies, les pays industrialisés sont en train de perdre leurs positions sur la scène mondiale. Mais cela ne concerne pas tous les marchés, nuance le professeur du Département de la politique mondiale à l’Ecole de hautes études en sciences économiques Maxime Braterski.

« Au cours de ces 10-15 dernières années, l’Europe perd ses positions face aux économies croissantes de l’Inde et de la Chine. Mais l’Europe devient concurrencée dans les secteurs où la main d’œuvre européenne peut être remplacée par la main d’œuvre chinoise ou vietnamienne. Les pays européens maintiennent leurs positions dans d’autres secteurs, car il n’y a pas de deuxième Rome, Paris ou Londres dans le monde ».

La plupart des analystes sont sceptiques quant aux perspectives de l'union économique entre les Etats-Unis et l'Union européenne. Cela relève du fantastique, selon eux. Mais tenant compte de la tendance à l'intégration économique dans les différentes régions du monde, il serait imprudent d’exclure une telle possibilité. Le 21e siècle pourrait donc devenir le siècle de la formation de deux grands ensembles économiques – de l’union Etats-Unis-Europe et l’union des pays émergents, notamment ceux d’Asie.  SOURCE

Tag(s) : #ECONOMIE - FINANCE

Partager cet article