Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BRUXELLES - L'Otan a appelé mercredi soir la Syrie à mettre un terme à ses violations flagrantes du droit international, à l'issue d'une réunion convoquée en urgence à Bruxelles à la demande de la Turquie, après des tirs d'obus en provenance de Syrie qui ont fait cinq morts en Turquie.

L'Alliance continue de se tenir aux côtés de la Turquie, l'un de ses 28 membres, exige la cessation immédiate de tels actes agressifs envers un Allié et exhorte le régime syrien à mettre fin à ses violations flagrantes du droit international, déclare l'Otan dans un communiqué.

Ces tirs sont une source de très grande inquiétude pour les Alliés, qui les condamnent fermement, selon le texte, soulignant l'esprit d'indivisibilité, de sécurité et de solidarité des membres de l'Otan.

La réunion, qui a duré un peu moins d'une heure au siège de l'organisation à Bruxelles, a réuni les ambassadeurs des 28 pays membres à la demande de la Turquie. L'ambassadeur turc a fait un compte rendu devant ses collègues de ce qui s'était passé dans l'après-midi dans le sud-est de la Turquie, a rapporté une source diplomatique.

Selon les autorités turques, plusieurs obus ont frappé le petit village turc d'Akçakale, situé juste en face du poste frontière syrien de Tall al-Abyad, récent théâtre de combats entre les troupes fidèles au président syrien Bachar al-Assad et les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL).

Selon le dernier bilan communiqué par le gouverneur de la province, Celalettin Guvenc, ce bombardement a détruit une maison du village et tué cinq personnes, dont une mère et ses trois enfants. Dix autres personnes ont été blessées, dont deux très grièvement.

La Turquie a riposté en bombardant des cibles en Syrie.

La Turquie a invoqué l'article 4 du Traité de l'Otan, aux termes duquel tout pays de l'Alliance peut demander des consultations chaque fois que, de l'avis de l'un d'eux, l'intégrité territoriale, l'indépendance politique ou la sécurité de l'une des parties est menacée.

Le 26 juin, le Conseil de l'Atlantique s'était déjà réuni sous le même format après la destruction d'un avion militaire turc par la défense syrienne, et la mort de ses deux pilotes. L'Otan avait ensuite exprimé son fort soutien et sa solidarité aux autorités d'Ankara. Le secrétaire général, Anders Fogh Rasmussen, avait déclaré que la sécurité de l'Alliance était indivisible.

Depuis, M. Rasmussen a affirmé à de nombreuses reprises que l'Otan n'avait aucune intention d'intervenir en Syrie et que la seule solution au conflit était politique

C'est la troisième fois depuis la création de l'Otan en 1949 qu'est évoqué l'article 4, à chaque fois à la demande de la Turquie. La première datait de 2003 et concernait la guerre en Irak.

source

à lire aussi : BREAKING NEWS : La Turquie bombarde des base militaires syriennes. Si les russes s'en mêlent...

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article