Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il sera bientôt possible de porter un téléphone cellulaire ou un ordinateur à même la peau avec l'invention rapportée par le magazine Science de circuits électroniques ultra fins qui pourront être attachés sous et surtout sur l'épiderme comme un tatouage temporaire.

Ces circuits qui sont presque invisibles pourront fonctionner aussi bien que les appareils électroniques conventionnels mais sans le besoin de câbles et de batteries encombrantes souligne The Independent.
Cette découverte devrait ouvrir à terme une nouvelle ère pour l'électronique grand public même si elle sera d'abord utilisée pour des recherches pointues sur le corps humain, des diagnostics médicaux et évidemment des opérations militaires et d'espionnage.


«Le système électronique de l'épiderme», c'est son nom, est construit à partir de circuits flexibles de la taille d'un timbre poste, plus fins qu'un cheveu qui peuvent être déformés et allongés sans affecter leurs performances. Ils seront attachés à la peau en utilisant leurs propriétés hydrostatiques plutôt qu'une colle.
«Nous pensons que cela peut-être une importante avancée conceptuelle pour parvenir à créer quelque chose dont le porteur ne se rendra presque même pas compte de l'existence. La technologie pourra vous connecter au monde physique et au monde électronique d'une façon très naturelle qui sera confortable», explique le Professor Todd Coleman de l'Université de l'Illinois qui dirige l'équipe de recherche qui a créé ses circuits.
Les utilisations potentielles d'une telle technologie sont innombrables. Un simple circuit permettra en permanence de suivre le rythme cardiaque et les mouvements musculaires aussi bien qu'une batterie d'appareils que l'on trouve dans les hôpitaux et tout cela en permanence et sans empêcher le patient de mener une vie presque normale. Cela ouvre aussi des perspectives incroyables par exemple pour les personnes dont les cordes vocales ont été endommagées et qui pourront à nouveau parler avec un circuit branché sur leur larynx.
«Nous sommes à un point clé du mariage entre l'électronique et la biologie», explique Yonggang Huang, professeur d'ingénierie de la Northwestern Université d'Evanston dans l'Illinois. «Toutes les formes traditionnelles de l'électronique sont dures, et rigides. La biologie est souple et élastique. C'est une technologie pour vraiment les intégrer».
Les ingénieurs ont déjà construits des circuits de tests sur un composé de caoutchouc qui adhère à la peau. Ces circuits comportent des capteurs, des diodes, des transistors, des émetteurs et recepteurs radios, des antennes wifi et des mini cellules photovoltaiques pour produire de l'électricité…
Source vu sur "au bout de la route"
Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article