Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Une femme montre qu'elle a bien voté, lors des premières élections organisées en Irak depuis le départ des troupes américaines Une femme montre qu'elle a bien voté, lors des premières élections organisées en Irak depuis le départ des troupes américaines  Photo :  AFP/AHMAD AL-RUBAYE

Les Irakiens ont pris le chemin des urnes, samedi matin, pour la première fois depuis le retrait des soldats américains.

Près de 14 millions d'entre eux doivent se prononcer lors des élections provinciales, alors que le pays est traversé par une vague d'attentats meurtriers.

Par conséquent, l'élection est vue comme un test pour l'armée et la police. Ils doivent assurer la sécurité des électeurs et des bureaux de vote, sans l'aide des soldats américains, qui ont complètement quitté le territoire depuis décembre 2011.

De plus, ces élections doivent, en principe, permettre de jauger le soutien dont dispose le premier ministre sortant Nouri Al-Maliki. Le partage du pouvoir entre les communautés sunnite, chiite et kurde est au coeur des difficultés rencontrées par le premier ministre depuis son entrée en poste.


Climat tendu

Dans les derniers mois, plusieurs régions de l'Irak ont vécu d'importantes manifestations, principalement dans les régions majoritairement sunnites. Les manifestants affirment que leur communauté est de plus en plus marginalisée par le gouvernement chiite de Nouri Al-Maliki.

 

Le premier ministre irakien, Nouri al-Maliki Le premier ministre irakien Nouri al-Maliki  Photo :  AFP/AHMAD AL-RUBAYE

Toutefois, les observateurs doutent de la validité des résultats, puisque certaines provinces ne voteront pas. Les secteurs situés dans la région autonome du Kurdistan disposent de leur propre calendrier électoral et les autorités ont décidé de retarder les élections dans deux provinces en raison de manifestations antigouvernementales.

Depuis jeudi, des attentats ont fait 27 morts à travers le pays. L'attaque la plus meurtrière s'est produite dans un café de la capitale, Bagdad.

Depuis le début de la campagne électorale, une douzaine de candidats ont été tués, pour la plupart des sunnites.

 

source

Tag(s) : #POLITIQUE

Partager cet article