Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’euro s’est encore nettement replié en fin de semaine contre le dollar. Hier, la chute de la devise européenne était liée à la publication de chiffres très décevants sur le chômage aux Etats-Unis, ainsi que de nouvelles inquiétudes en zone euro, concentrées cette fois sur l’Italie.

L’économie américaine a créé 18.000 emplois en juin, une progression bien maigre au vu des 80.000 embauches nettes espérées par les analystes. Le taux de chômage a continué sa remontée entamée en avril, pour s’établir à 9,2%, son plus haut niveau depuis le début de l’année. »C’est une journée difficile pour tout le monde. La faiblesse des chiffres de l’emploi a entraîné une correction importante de l’appétit des investisseurs pour le risque », a constaté Ray Attrill, de BNP Paribas. La déception est d’autant plus forte que, la veille, le cabinet en conseils ADP avait estimé dans son étude mensuelle que les embauches s’étaient accélérées dans le secteur privé. Ces chiffres « sont extrêmement négatifs pour les perspectives de croissance aux Etats-Unis et dans le monde. (De telles mauvaises nouvelles) ont tendance à provoquer un retour des capitaux américains vers les Etats-Unis. C’est un mouvement de recherche de sécurité de la part des investisseurs basés en zone dollar, qui reviennent vers le dollar », a-t-il ajouté. D’autant que « le marché reste réticent à acheter des euros vu la potentielle actualité négative que pourraient constituer des déclarations de dirigeants de la zone euro ou des agences de notation », a relevé l’analyste.

Malgré le déblocage de la crise grecque, les pays européens peinent à mettre sur pied un nouveau plan d’aide à Athènes, et le Portugal semble s’enfoncer dans la crise depuis que l’agence Moody’s a relégué la note de sa dette dans la catégorie « spéculative ».

Les inquiétudes des investisseurs se sont concentrées sur l’Italie, autre pays très endetté, où le ministre des Finances, Giulio Tremonti, a été critiqué par le chef du gouvernement Silvio Berlusconi et se trouve désormais au cœur d’un début de scandale politico-judiciaire. M. Tremonti est considéré « comme celui qui a permis à l’Italie d’échapper à la crise de la dette malgré un déficit colossal », a relevé Kathleen Brooks, analyste chez Forex.com. « La dernière chose dont le pays a besoin, c’est d’une crise politique qui pousserait les investisseurs à lâcher les obligations italiennes, comme ils l’ont déjà fait avec la Grèce, l’Irlande et le Portugal », a-t-elle averti. Les taux de la dette italienne à 10 ans ont atteint des niveaux records hier, à plus de 5%, signe de la méfiance des investisseurs.

L’indice vedette de la Bourse de Milan, le FTSE Mib, a clôturé vendredi sur une chute de 3,47% à 19.049 points sous l’effet d’une chute des valeurs bancaires en raison des craintes de contagion de la crise de la dette à l’Italie. Plus forte baisse de l’indice, UniCredit, la première banque du pays, s’est effondrée de 7,85% à 1,232 euro.

« Alors qu’un plan de sauvetage était économiquement gérable pour la Grèce, l’Irlande et le Portugal, ce n’est pas le cas pour l’Italie. Ces difficultés vont être bien plus compliquées à gérer dans les grands marchés de la zone euro », a prévenu Jens Nordvig, de Nomura.

Il apparaît donc clairement que la guerre monétaire est en phase « accélérée ». Nous ne pouvons que réitérer notre conseil d’être liquide et d’investir avec célérité dans des métaux précieux en physique et EN DEHORS des banques. Il se peut en effet qu’à un moment ou un autre, sans voir la tempête, un week-end survienne et qu’à sa sortie, l’on apprenne qu’une forte dévaluation de la devise européenne soit arrivée ! Les avoirs en banque seraient égratignés très sérieusement. Inutile d’évoquer les assurances-vie dont les obligations d’Etat ne sont plus des investissements « père de famille » mais source de grande ruine. Nous réitérons nos mises en garde tout en signalant que les informations données sur ce blog avaient très bien anticipé les événements monétaires de ces dernières semaines. LIESI accueillera de nouveau très prochainement TRADER NOE dont les analyses, très lucides, ont aidé des milliers de lecteurs à anticiper les mouvements récents…

Ce blog demande beaucoup de temps et de travail « bénévole ». D’où des défauts. Nous le maintiendrons tant que la « pression » sera gérable, mais il faut être bien conscient que nous sommes en sursis.

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article