Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des visiteurs utilisent des ordinateurs au Paris Games Week, en octobre 2011. © REUTERS

Des visiteurs utilisent des ordinateurs au Paris Games Week, en octobre 2011. © REUTERS

Le 5 décembre, le gouvernement lance le site data.gouv.fr. Officiellement, nous aurons accès à (presque) toutes les données de l'administration...

Le site d’open data du gouvernement français, data.gouv.fr, doit être lancé le 5 décembre. Comme aux États-Unis ou en Grande-Bretagne, ce projet a pour objectif de rendre accessibles des données publiques et de permettre leur réutilisation par les internautes. Il est mené par la mission Etalab, sous l'autorité de Matignon.

Même si l'on ne connaîtra pas avant le 5 décembre le détail de ces données, quelques pistes permettent de cerner ce que l’internaute pourra trouver en ligne.

1. Plusieurs centaines de milliers de données publiques en accès libre

Pendant dix mois, le travail de la mission Etalab a consisté à recueillir les données éparses des administrations publiques. Les ministères, les établissements publics, les collectivités ont été sollicités.

Les informations rassemblées sont constituées à la fois de documents qui étaient déjà en libre-accès sur les sites de chaque structure et de documents jamais mis en ligne auparavant, qui se trouvaient dans des rapports ou dans des bases de données internes.

Elles s’élèvent à "plusieurs centaines de milliers de données" selon Etalab.

2. Des données sur le fonctionnement de l’État et des administrations

Sur data.gov, le premier portail centralisant des données gouvernementales lancé aux États-Unis en mai 2009, on trouve, par exemple, des directives sur la sécurité nucléaire ou l’utilisation d’OGM.

Elles sont accessibles sous forme de cartes, d’applications et de graphiques divers.

En France, le contenu exact des données ne sera dévoilé que le 5 décembre. Aucun fichier personnel ne sera rendu public. Selon Etalab, on trouvera à la fois des données sur les budgets de l’État et des collectivités, sur la géographie du territoire ou sur les marchés publics.

Après le lancement du site, ce sont les personnels de chaque administration qui seront chargés de l’alimenter.

3. Des documents qui peuvent être réutilisés par les internautes

L’intérêt de l’open data est, non seulement, de rassembler ces données, ce qui n’avait jamais été fait en France auparavant, mais aussi de permettre aux internautes de les télécharger et de les réutiliser, en créant des applications.

Le site data.gouv.fr délivrera donc les données gratuitement et sous des formats dits libres.

A la différence du site d’open data anglais, les internautes n’auront pas la possibilité de noter ou de commenter les données dans un premier temps.

Tag(s) : #VIE QUOTIDIENNE

Partager cet article