Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog




Auteur : Jean

Un certain nombre de données sur l’État sont disponibles depuis quelques jours seulement sur data.gouv.fr. On ne peut que se réjouir du fait que l’État, que nous payons tous, sorte quelque peu de l’opacité dans laquelle il se complait depuis trop longtemps, tout en demandant la transparence aux autres. Pour commencer nous avons jeté un œil sur la liste des associations avec le montant des subventions par ministère et programme pour 2010, il y a quelques pépites.


Notons tout d’abord que cette liste et ces montants ne comprennent pas les subventions attribuées par les collectivités locales, qui sont bien plus importantes que les subventions attribuées par les ministères. Mais cela donne déjà une petite idée des sommes souvent énormes qui sont attribuées en dehors de tout contrôle citoyen à des milliers d’associations (17 466 répertoriées dans cette liste).

La somme totale de subventions attribuées directement par l’État en 2010 est de 1,5 milliards d’euros (1 483 995 024 exactement). C’est l’équivalent de ce que touche l’État sur son patrimoine immatériel (de la location de préfectures pour des tournages à la réutilisation de données publiques numérisées).

Voici le podium pour 2010 :

1. AFPA (Association Nationale pour la Formation Professionnelle des Adultes) : 225 912 988 €
2. UCAD (Les arts décoratifs) : 42 206 698 €
3. EPAF (Éducation et Plein Air Finances) : 29 000 000 €

L’AFPA pourrait très bien être une entreprise privée, on ne voit pas bien à quoi sert l’État dans la formation professionnelle, qui est pour le moins éloignée des fonctions régaliennes de l’État.

Pour l’UCAD, c’est plus justifié puisqu’elle “a pour missions, la conservation des collections, la diffusion culturelle, l’éducation artistique et la formation de professionnels ainsi que le soutien à la création. Les différentes composantes des Arts Décoratifs sont réparties sur trois sites à Paris. Le Musée des Arts Décoratifs, le Musée de la Mode et du Textile, le Musée de la Publicité, la Bibliothèque des Arts Décoratifs“. (source)

Quant à l’EPAF, constatons déjà que malgré ces 29 millions d’euros de subventions annuelles, ils ne sont pas capables d’avoir un site internet qui fonctionne. Quand on se rend sur la sauvegarde du site, on découvre la mission de l’EPAF : “L’association EPAF (Éducation et Plein Air Finances) est une association régie par la loi du 1er juillet 1901, sous convention avec le ministère de l’économie, de l’industrie et de l’emploi et le ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l’État. Dans le cadre de l’action sociale de ces ministères, elle propose :
- tout au long de l’année : des prestations de vacances et de loisirs pour tous les agents et les retraités.
- pendant les vacances scolaires (sauf vacances de la Toussaint) : des centres de vacances pour les enfants mineurs des agents des ministères financiers
.”
On savait que les fonctionnaires bénéficiaient de l’emploi à vie et des avantages qui vont avec, on découvre avec stupeur que le contribuable finance également une prestation qui pourrait être assurée par le marché, et qui consiste à financer des vacances de ces fonctionnaires.

Les quatrième et cinquième associations les plus subventionnées pour 2010 sont les suivantes :
4. AFNOR (Agence Française de Normalisation) : 27 598 694 €
5. La Ligue de l’Enseignement : 26 056 026 €

Ce qui surprend quand on visite le site Afnor, c’est son professionnalisme, et sa ressemblance avec le site d’une multinationale. Pourtant il reçoit bien la 4ème plus grosse subvention de France, là aussi pour un travail qui pourrait être géré par un opérateur privé. Regardons sa présentation : “AFNOR est un groupe international de services organisé autour de
4 grands domaines de compétences : la normalisation, la certification, l’édition spécialisée et la formation. Il a comme particularité d’être au service de l’intérêt général pour sa mission de normalisation tout en exerçant une partie de ses activités dans le domaine concurrentiel. Ses savoir-faire sont des atouts fondamentaux mis à la disposition de plus de 75 000 clients, répartis dans 90 pays.

Si toutes les organisations servant l’intérêt général touchaient des subventions, il n’y aurait sans doute plus de secteur privé…

Enfin, scandale absolu, les 26 millions d’euros que touche chaque année de l’État, donc de chacun d’entre nous, cette officine de propagande marxiste-léniniste qu’est la Ligue de l’Enseignement. Où est la neutralité de l’État dans l’enseignement ? L’endoctrinement commence là, chez les plus jeunes, en leur faisant croire à l’égalité avant la liberté, à l’État avant le marché, à la gauche avant la droite, au fonctionnariat avant l’entrepreneuriat, à l’assistanat avant le travail, au multi-culturalisme avant l’assimilation, à la redistribution des richesses avant la création de richesses, aux salariés avant les patrons, au misérabilisme avant le volontarisme, etc. Au minimum, tout devrait être enseigné au même niveau, afin de respecter une certaine neutralité dans l’enseignement, au lieu d’endoctriner nos enfants et donc notre avenir avec une idéologie dépassée et qui a échoué sur toute la ligne. Comment un gouvernement soi-disant de droite peut-il maintenir un tel niveau de subvention pour un organisme résolument d’extrême-gauche ? Il suffit de jeter un coup d’œil aux prises de position récentes de la Ligue pour s’en convaincre : “Quand un ministre stigmatise les étrangers” ; “Projet UMP : une École du marché” ; “Palestine à l’Unesco : un premier pas vers la reconnaissance ?” ; “Le massacre du 17 octobre 1961 doit être reconnu” ; “Palestine : ne pas briser un élan démocratique” ; “Une justice des mineurs régressive” ; “Immigration : une diatribe intolérable” etc. etc. etc.

Demain nous étudierons d’autres perles de cette liste des subventions de l’Etat pour 2010, vous n’allez pas être déçu.

source: Enquête & Débat

Lire la suite de l'article

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article