Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

L'écologie n'est pas morte, c'est l'écologie politique qui n'existe plus

 

(...)

Alors, disons le clairement : l'écologie politique n'existe pas ! Elle fut autrefois, dans les années 1970, une illusion pour ceux qui, à peine sortis de l'adolescence, rêvaient de changer le monde et de fonder un nouveau clivage plus pertinent, plus adapté à la modernité, croyions-nous, que l'archaïque séparation droite-gauche.

Nourris par les réflexions d'économistes, philosophes, scientifiques (Ivan Illich, Serge Moscovici, René Dumont et tant d'autres), fascinés par la contre-culture californienne, nous brassions alors de jolies idées : une économie postindustrielle fondée sur des ressources durables, des relations plus harmonieuses entre la planète et l'individu, une articulation plus éclairée du savoir et de la technologie, une plus grande autonomie donnée aux entités locales...

Cette alchimie-là, incertain mélange libéral et libertaire, ne s'est pas précipitée en une pensée singulière susceptible de fonder une force politique nationale cohérente. (...)

Ce n'est donc pas l'écologie qui bat de l'aile. Mais ceux qui y ont fait leur nid comme des coucous. L'écologie, appellation fourre-tout, désigne en réalité une myriade de groupes, mouvements et associations engagés pour une planète vivante et vivable, pour le développement des énergies renouvelables, la préservation des espaces naturels, la mer, l'air pur, le climat, les oiseaux, les baleines, les requins, les hippocampes et que sais-je encore...

Cette écologie-là, qui se désespère de se voir sans cesse assimilée aux injonctions des petits commissaires verts, s'exerce dans la société civile. Elle peut certes peser dans des instances locales, régionales -et bien sûr internationales- pour pousser les dossiers de l'environnement, mais elle ne se situe pas dans le jeu politicien. Telle n'est pas sa nature. L'écologie est culturelle, sociale, philosophique peut-être, voire poétique. C'est une pratique, un regard porté sur le monde. Ce n'est pas une politique.

Récemment, Daniel Cohn-Bendit, meurtri par l'intégrisme vert, s'étonnait de se découvrir "politiquement apatride". On peut aussi le dire comme ceci : un parti écologiste n'a pas plus de sens qu'un parti humanitaire ou féministe. Voilà pourquoi, dans leur majorité, les écologistes, ceux de la première heure comme ceux des nouvelles générations, ne voteront pas pour les Verts. Ils le savent, eux : l'écologie politique est morte. Et ils ne souhaitent qu'une chose : que vive l'écologie !

 

Pour lire la totalité, cliquer ICI

 

 

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

 

Auteur : Dominique Simonnet, écrivain, journaliste

Source : www.lemonde.fr via "Terre Sacrée"

Tag(s) : #Philosophie-réflexion

Partager cet article