Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Photo : www.hronika-2012.com

Le continent légendaire de l'Atlantide a été découvert par les scientifiques britanniques. Ils affirment qu’il y a 8 000 ans, un pays existait entre le Danemark et l’Ecosse, où des villes étaient construites et où vivaient des gens. C’est le changement climatique, qui les a forcés à quitter cette terre, qui a finalement été engloutie par les eaux de la mer du Nord.

Les plongeurs d’une compagnie pétrolière ont trouvé ce « monde enfoui sous l’eau » par hasard. Ils effectuaient l’inspection de la zone aquatique autour d’un plateau pour y placer des plateformes de forage. Des harpons, des outils en silex, des tumulus anciens, ont été retrouvés sur le fond marin, rapporte l’étude de l'Université de St. Andrews. Les chercheurs supposent que des dizaines de personnes vivaient dans cette région. La terre qui reliait l’Ecosse au Danemark a été inondée à la suite d’une catastrophe naturelle, probablement un tsunami. Toutefois, on peut également émettre l’hypothèse que les gens ont quitté cette zone à cause des changements du niveau de l’océan, provoqués par des processus climatiques.

La version des Britanniques suscite beaucoup de doutes, explique Andreï Velitchko, Directeur du Laboratoire de Géographie évolutive de l’Institut de géographie de l’Académie des Sciences de Russie.

« Il n’y a jamais eu de descente des terres aussi brusque dans la zone de la mer du Nord. Mais à l'époque du dernier maximum glaciaire on pouvait y observer une régression de l'océan. Son niveau a baissé de 130 mètres. Cependant, il n’y a aucune preuve de ce processus, sauf la propagation des glaciers dans cette région, qui était en train de s’assécher. La dernière étape du phénomène a été enregistrée il y a environ 20 000 ans. Et on date l'Atlantide d’il y a 8 000 ans environ. Il y a donc une contradiction ».

Malgré des différences de dates, les scientifiques britanniques ne sont pas moins enthousiastes. Le professeur de l'Université de St. Andrews Richard Bates affirme que l’Atlantide occupait une superficie de 800 000 kilomètres carrés dans la mer du Nord et sa partie centrale avait la taille de la France. Les scientifiques ont même modélisé la flore et la faune du pays qui s’est retrouvée sous l’eau. Ils estiment que les conditions de vie y étaient très confortables. Les spécialistes comptent rétablir prochainement la forme de ce territoire, en utilisant les technologies de simulation par ordinateur.

L’Atlantide passionne les chercheurs depuis plusieurs dizaines d’années. Une discipline à part a été même créée : l’atlantologie. Elle s’intéresse à toutes les informations sur l’Atlantide. En réunissant les différentes suppositions, on peut identifier une quinzaine de points sur le globe, où aurait pu se trouver le mystérieux continent. Il s’agit notamment de la zone maritime entre l’Espagne et le Maroc, des îles Baléares, de la région des Açores, des îles Canaries, de la mer Noire, des Andes, ou du Brésil. Selon une autre supposition, l'Antarctique serait en fait l’Atlantide perdue. L’auteur de cette hypothèse, l’écrivain anglais Graham Hancock explique dans son livre Fingerprints of the Gods (Traces des Dieux) que l'Antarctide s’est déplacée vers le pôle Sud à la suite de cisaillement lithosphérique. Et avant cela, elle se trouvait près de l'équateur et n’était pas recouverte de glace. Lorsqu’elle se trouvait à son emplacement d’origine, l’Antarctide avait un climat chaud, une flore et une faune variée, et une population nombreuse. D’ailleurs, des traces de la civilisation sont toujours visibles sur les photos satellites, estime Hancock. Toutefois, l’hypothèse de l’écrivain britannique entre en contradiction avec la vision scientifique du mouvement géologique des continents.

Peut-être que l'Atlantide n’est qu’un mythe, écrit par le philosophe grec Platon. C'est lui qui a décrit pour la première fois dans ses Dialogues la mort de l’île légendaire des Atlantes, engloutie en une journée par le fond marin. Se basant sur certaines légendes, le philosophe grec a estimé la date approximative de cette catastrophe il y a 9 000 ans au milieu du 10ème siècle. Mais Platon n’a pas parlé de la mer du Nord, où le continent légendaire aurait été identifié par les scientifiques britanniques. Pour lui, l’Atlantide a été englouti dans l’océan Atlantique. /L source

Photo : www.hronika-2012.com
Tag(s) : #Philosophie-réflexion

Partager cet article