L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a décidé, mercredi 30 janvier, de suspendre les autorisations de mise sur le marché du médicament Diane 35 et de ses génériques. Ce médicament contre l'acné utilisé aussi comme contraceptif a causé la mort de quatre personnes en 25 ans.

Le rapport bénéfice-risque a été jugé "défavorable dans le traitement de l'acné", a affirmé le directeur de l'Agence, Dominique Maraninchi, lors d'une conférence de presse. Cette suspension prendra effet dans trois mois. Dans l'intervalle, les patientes "ne doivent pas interrompre leur traitement", a-t-il indiqué, jusqu'à une nouvelle consultation chez leur médecin.

"Les médecins ne doivent plus prescrire ce medicament", a toutefois exhorté Dominique Maraninchi, que ce soit en prescription initiale ou en renouvellement de prescription.

Francetv info

 

Que faire si on prend actuellement Diane®35 ?
En attendant la retrait du marché de Diane®35 "les patientes ne doivent pas suspendre leur traitement" a indiqué le directeur. Il faut continuer à le prendre jusqu'à la prochaine consultation avec le praticien (médecin généraliste, gynécologue, dermatologue...). De leur côté, "les médecins ne doivent plus prescrire ces médicaments ni en initation de traitement ni en renouvellement de traitement". Quant aux pharmaciens, ils devront délivrer les traitements minimaux nécessaires pour éviter toute rupture brutale de traitement (délivrance de boîtes de 1 mois de traitement préférentiellement).

 

 

 

Alerte Info : La pilule Diane® 35 ne doit plus être utilisée comme contraceptif

 

Jasmine, Varnoline, Jasminelle... De nouvelles pilules présumées dangereuses !