Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

« Que le ciel vous aide si l’on vous force à vivre lorsque vous voulez mourir. Rien qu’à penser que c’est payé par le gouvernement, on a du mal à dormir », a déclaré le ministre japonais des Finances, Taro Aso, lui-même âgé e 72 ans, au cours d’un meeting du Conseil National pour les réformes de la Sécurité Sociale, lundi dernier. Aso pense que les personnes âgées devraient « se hâter de mourir ». « On ne trouvera pas de solution à moins de les laisser se dépêcher de mourir », a-t-il estimé, précisant qu’il avait déjà donné des instructions pour empêcher que l’on prolonge artificiellement son existence. « Je n’ai pas besoin de ce genre de soin. Je veux mourir vite », a-t-il précisé.

Durant la réunion, Aso a évoqué ce qu’il appelle les « personnes à tube», les personnes qui ne peuvent plus se nourrir par elles-mêmes.
Aso a déjà occupé la fonction de Premier ministre, et il est connu pour son franc-parler et ses gaffes. En novembre 2008, il avait déjà mis en cause les personnes âgées : Lorsque je me rendais à des réunions de classe, quand j’avais 67 ou 68 ans, je voyais des personnes âgées affaiblies qui allaient constamment voir le médecin…mes dépenses médicales sont bien plus faibles, parce que je marche et ainsi de suite…. Pourquoi devrais-je payer pour ceux qui se contentent de manger et de boire et ne font aucun effort ?

Ses propos peuvent sembler choquants à première vue, mais ils prennent tout leur sens lorsqu’on connait la situation démographique catastrophique du Japon. « Petit à petit, mais inéluctablement, le Japon évolue vers un type de société dont les contours et les rouages ont seulement été envisagés dans la science fiction », avait écrit Nick Eberstadt, un démographe, dans le Wilson Quaterly.
Eberstadt est spécialisé dans les problèmes posés par le déclin de la fertilité dans le monde. Il estime que le cas du Japon est unique. Le taux de fécondité du pays s’établit à 1,3 enfant par femme, bien en deçà du niveau nécessaire pour que la population puisse seulement se renouveler. Avec le développement de l’espérance de vie, en 2040 le pays pourrait bien se trouver dans la situation inédite de compter un centenaire par nouveau-né. D’ici là, la population devrait se réduire de 20%, ce qui pose le problème du déclin économique et de la viabilité du welfare-state.

En dépit de son ton bourru, le ministre des Finances est connu pour son humour et son sens de la répartie. En septembre 2008, lors d’un discours à l’ONU durant lequel il avait rencontré des difficultés avec le micro d’un interprète, il avait cessé son allocution pour observer : « Ce n’est pas une machine japonaise, je pense ». source

Tag(s) : #SANTE

Partager cet article