Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Le Premier ministre français se recueille à Ishinomaki devant le monument dédié aux victimes du séisme et du tsunami, le 22 octobre 2011.

Le Premier ministre français se recueille à Ishinomaki devant le monument dédié aux victimes du séisme et du tsunami, le 22 octobre 2011.
AFP / KAZUHIRO NOGI


Par RFI

En voyage au Japon depuis samedi 22 octobre 2011, le Premier ministre français François Fillon s'est entendu ce dimanche 23 octobre avec son homologue japonais Yoshihiko Noda pour accroitre leur coopération dans le domaine nucléaire, après l'accident de la centrale de Fukushima de mars dernier.

Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

Alors que le gouvernement japonais évite toujours de remettre en cause la culture de collusion entre politiciens, bureaucrates, opérateurs de centrales, régulateurs, médias, milieux scientifiques et tribunaux, une culture de soutien aveugle au programme nucléaire japonais qui a aggravé l’accident de Fukushima, François Fillon et Yoshihiko Noda s’accordent à Tokyo, sur la nécessité de tirer toutes les leçons de cet accident.

Tandis que les médias établis japonais ignorent toujours ou presque les manifestations de mouvements antinucléaires à Tokyo, les deux chefs de gouvernement soulignent l’importance d’assurer une transparence totale sur le sujet du nucléaire. François Fillon et Yoshihiko Noda insistent sur l’importance de l‘indépendance des autorités de sûreté, garantes du maintien du plus haut niveau de sûreté nucléaire.

L’autorité de sûreté japonaise n‘a jamais été indépendante. Elle a dépendu du Meti, le ministère de l’Industrie, grand promoteur du nucléaire. Depuis Fukushima, elle dépend du ministère de l’Environnement, mais reste sous la haute influence d’une toute puissante bureaucratie japonaise, décidée à préserver le programme nucléaire japonais.

La France offre au Japon son expertise dans le domaine de la décontamination des zones affectées par l’accident. Le Japon doit reconquérir son environnement. Il devra nettoyer 2 400 kilomètres carrés de sol superficiel, une zone comparable au Luxembourg.

source: rfi

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article