Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ex-SKF

Le « WSPEEDI »montre que Tokyo était sous un panache radioactif le 15 mars

Le toujours sournois ministère de l'éducation et de la science a publié à nouveau discrètement trois séries de cartes de simulation de WSPEEDI sans aucune publication dans la presse ou explication ; Cette fois-ci c'étaient les simulations faites le 15 mars. Le réacteur 3 qui utilisait du MOX a explosé le 14 mars à 11h01 (heure du Japon)

La dernière fois, le ministère avait présenté le 10 mai la simulation WSPEEDI faite le 25 mars. Si cette simulation avait été divulguée en temps opportun, elle aurait pu empêcher de nombreux, nombreux enfants de développer un cancer de la thyroïde dans le futur.


Une série de cartes concerne la concentration en surface du krypton-85. Les cartes montrent une bande qui s'étend bien au-delà de Tokyo et Kanagawa.

Cela prouve au moins une chose, c'est que Tokyo et Kanagawa ont été probablement bombardées de matériaux radioactifs le 15 mars. Je me souviens avoir vu des articles en japonais ce jour-là , disant qu'après les gens ont dit avoir un goût métallique dans la bouche ce jour-là, qu'ils ont eu des saignements de nez et sont tombés malades. Ces choses ont été rejetées comme des « rumeurs malicieuses ».

Le gouvernement n'avait besoin que de prévenir les gens dans la zone de Tokyo et de Kanto ce jour-là pour qu'ils n'aillent pas au travail et à l'école. De fermer les portes et les fenêtres et de rester à l'intérieur.

Quand Hiroaki Koide de l'université de Tokyo a témoigné le 23 mai devant un comité du gouvernement, son supérieur lui a dit de ne pas publier ses données de radioactivité sur Tokyo du 15 mars.

Mais pourquoi les experts du gouvernement étaient-ils intéressés par le krypton-85 ? Que représente-t-il ? Et l'iode-129 ? (les cartes de simulation ne sont que pour le krypton-85 ; ils ont caché les cartes de l'iode-129 ou sur toute autre carte des autres nucléides)





**************************

Du plutonium découvert en-dehors de la centrale

En fait, l'échantillon a été prélevé le 21 avril, mais ce n'est qu'aujourd'hui que les chercheurs le révèlent.

Donc le rapport de NRC fin mars, comme quoi des particules venant des barres de combustible usé avaient été trouvées à 1,6 km de la centrale, était juste.

De NHK World (5 juin) :

De minuscules quantités de plutonium ont été détectées pour la première fois dans le sol à l'extérieur de la centrale de Fukushima.
Shinzo Kimura de l'université d'Hokkaido a ramassé les échantillons sur les bords de route à Okumamachi, à 1,7 km à l'ouest de l'entrée de la centrale. Ils ont été pris durant le tournage du film par NHK le 21 avril, un jour avant que la zone devienne zone d'exclusion.
Les analyses ont montré de minuscules quantités de 3 sortes de plutonium.Les échantillons de plutonium-239 et 240 ont donné un total de 0,078 becquerels par kilo.
C'est proche de la dose produite par les tests de bombes atomiques dans le passé. Mais les trois substances proviennent plus probablement de l'explosion de la centrale, car leur ratio de densité est différent de ceux détectés dans le passé.
Les doses sont si petites que la santé des gens n'en sera pas affectée.
Shinzo Kimura a recommandé une investigation poussée de la contamination près de la centrale, en disant qu'une étude mettrait en lumière la manière dont les matériaux radioactifs se sont répandus dans l'air.
Cette fois, je n'ai trouvé aucune erreur flagrante de traduction dans NHK World (comme cela l'a été)
*************************

Réacteur 1 : la pression dans le RPV se révèle être très proche de la pression atmosphérique
 
TEPCO a installé la jauge de pression dans le réacteur 1 le 4 juin et surprise, surprise ! Les mesures de pression du RPV étaient toutes fausses.
 Les lectures de pression du RPV du réacteur 1 ont été utilisées par TEPCO pour défendre sa position que le RPV n'était pas endommagé, ou peu. Elles ont été aussi utilisées par TEPCO pour prétendre qu'il y avait de l'eau à l'intérieur du RPV. Dites adieu à vos deux fantasmes pour de bon.

Publications dans la presse par le METI sur les paramètres de la centrale les 3 et 5 juin :

Mesures de la pression du RPV du réacteur 1 en mégapascals (MPa) :

3 juin :
Jauge A : 0,578 MPa j
Jauge B : 1,573 MPa j


5 juin :
Jauge A : 0,025 MPa j
Jauge B : non mesuré
Mpa g = MPa pression atmosphérique absolue (0,1013 MPa)
(« j» veut dire jauge)

Donc, si vous voyez que le chiffre du RPV en Mpa est égal à zéro, cela veut dire que la pression du RPV est égale à la pression atmosphérique. Si le chiffre est négatif, comme pour les réacteurs 2 et 3, la pression du RPV est plus basse que la pression atmosphérique.
Le prochain fantasme à venir sera la pression de l'enceinte de confinement du réacteur 1. C'est la raison toujours invoquée pour faire croire que le coeur en fusion se trouve toujours dans l'enceinte de confinement. (peu importe que l'eau contaminée fuit dans le bâtiment du réacteur...)TEPCO dit qu'ils installeront bientôt la jauge à pression pour l'enceinte de confinement.
A l'heure actuelle, les chiffres de pression pour l'enceinte de confinement montrent qu'elle est au-dessus de la pression atmosphérique dans le puits à sec, et presque à la pression atmosphérique dans la chambre de suppression. Ce n'est pas surprenant pour la chambre de suppression, ayant vu le jet de vapeur « chaude » (4 sieverts/h) provenir du compartiment qui abrite la chambre de suppression.

La mesure de pression de l'enceinte de confinement du réacteur 1 en mégapascals (absolus), publiée par le METI le 5 juin :

Puits à sec : 0,1301MPa absolus [ou 0,029 MPa j ]
Chambre de suppression : 0,110 MPa abs [ou 0,0087 MPa j]

(Pourquoi ne peuvent-ils tout mesurer soit en MPa j soit en MPa abs?)


A SUIVRE
Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article