Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ISON subira t-elle le même sort qu'ELENIN anéantissant du même coup toutes les théories à son sujet ?


On le saura dans quelques jours...

Jusqu'ici, elle résiste. La comète Ison, qui se rapproche de plus en plus dangereusement du Soleil, est toujours entière. Une chance pour tous les scientifiques qui espèrent pouvoir la voir évoluer au moins jusqu'à son périhélie - moment où elle sera au plus près de notre étoile - prévu le 28 novembre prochain.

La semaine dernière, alors qu'elle gagnait brutalement en magnitude, c'est-à-dire en brillance, certains observateurs ont cru repérer des signes de fragmentation de cette boule de glace et de poussière agglomérées. Pourtant rien ne l'a confirmé depuis. Au contraire, les astronomes continuent d'observer un corps unique de plus en plus difficile à repérer, du fait de sa grande proximité avec l'astre du jour. En effet, depuis la Terre, la comète, bien qu'assez exceptionnelle en termes de brillance, n'est visible qu'à l'aube, car elle se retrouve ensuite noyée dans la puissante lumière du Soleil.

"La semaine dernière, Ison est tout à coup montée en puissance d'un facteur 40 et plus [sa luminosité a été multipliée par 40 voire plus, NDLR] pour se retrouver visible à l'oeil nu. Et comme elle présentait des sursauts d'activité, on aurait pu croire qu'elle se fissurait. En réalité, ces sursauts correspondent sans doute plutôt à des zones de la comète qui s'activent, une à une, à l'approche du Soleil", estime l'astrophysicien Alain Doressoundiram de l'Observatoire de Paris. "De nombreux télescopes ont été braqués sur elle afin d'effectuer une série de calculs. Sa magnitude est aujourd'hui de 4,5, soit une brillance légèrement supérieure à celle de Vénus, l'étoile la plus brillante du ciel (- 4)", ajoute le spécialiste des petits corps du système solaire qui surveille Ison de très près.

Discours alarmistes

On en sait aussi un peu plus sur la composition de la comète. "Celle-ci se révèle assez peu poussiéreuse. On le voit, car les queues de la comète ne sont pas très prononcées", explique Alain Doressoundiram. Ison est donc, en grande majorité, composée de glaces de différents éléments. D'eau, mais pas seulement... "Sur de très belles images de la comète prises la semaine dernière, on voit une lueur verte qui correspond à la sublimation de glace carbone 2 (C2)", souligne l'astrophysicien, dont l'équipe espère voir se sublimer (passer directement de l'état solide à l'état gazeux) des éléments qui en général n'atteignent jamais une température suffisante pour cela. C'est d'ailleurs tout l'intérêt d'Ison, une comète qui s'apprête à véritablement frôler le soleil.

Il n'en fallait pas plus pour que des écrits alarmistes enflamment la webosphère. Ison pourrait présenter une menace et provoquer une pluie de météorites sur la Terre. Bien pire que celle qui s'était abattue sur la ville russe de Tcheliabinsk le 15 février dernier. Stop ! C'est avec le Soleil qu'Ison a rendez-vous, pas avec la Lune, ni avec la Terre, qui se trouve à près de 150 millions de kilomètres de son étoile. "Même quand la comète, si elle survit à son périlleux voyage, reviendra vers nous, son orbite montre qu'elle passera à grande distance de la Terre", affirme Alain Doressoundiram. Au pire, les amateurs auront peut-être une nouvelle chance de l'observer à l'oeil nu et de se délecter de son spectacle aux alentours du 10 décembre prochain, quand elle commencera de nouveau à prendre ses distances avec le Soleil.


http://www.lepoint.fr/astronomie/ison-toujours-intacte-s-apprete-a-froler-le-soleil-22-11-2013-1760867_1925.php

 

 

Un astrophysicien avertit que certaines cométes pourraient engendrer un armageddon électronique


Un astrophysicien avertit que certaines cométes pourraient engendrer un armageddon électronique

Tag(s) : #CIEL et ESPACE

Partager cet article