Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Marc Lafontan "Au bout de la route"

 
Alors que le programme nucléaire militaire iranien revient sur le devant de l’actualité, le Christian Science Monitor rappelle que «depuis plus d’un quart de siècle, des dirigeants occidentaux affirment régulièrement que l’Iran s’apprête à rejoindre le club nucléaire», éventualité toujours qualifiée d’«inacceptable».


Début janvier 2011, un journaliste de l’agence Reuters notait d’ailleurs déjà que «des estimations sur l’époque à laquelle l’Iran aurait l’arme nucléaire ont été publiées et souvent démenties par les faits» et qu’elles venaient de l’Irak, du Congrès américain, de la CIA, du Mossad, de dirigeants israéliens, de think tanks…

En 1984, par exemple, rappelle le Christian Science Monitor, l’hebdomadaire Jane’s Defence Weekly affirme que la fabrication d’une bombe par l’Iran «entre dans ses dernières étapes» et le sénateur américain Alan Cranston estime qu’il ne manque plus que sept ans à Téhéran pour fabriquer une arme nucléaire.
En 1992, l’actuel Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, alors parlementaire, estime que l’Iran aura la bombe dans trois à cinq ans, et le ministre des Affaires étrangères Shimon Peres l’annonce pour 1999.
En 1995, le New York Times publie un article fondé sur des sources au sein des administrations américaine et israélienne, estimant que «l’Iran est bien plus proche de produire des armes nucléaires que ce que l’on pensait précédemment». Le délai est alors évalué à dix ans au maximum.



La rhétorique américaine se durcit après le 11-Septembre, lorsque George W. Bush range l’Iran dans l’«axe du mal» aux côtés de l’Irak et de la Corée du Nord, sur fond d’alertes de la CIA. Viennent ensuite les révélations de groupes d’opposition iraniens sur les infrastructures nucléaires bâties par le pouvoir, qui entraînent une enquête de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Une attaque d'Israël avant Noël?

Toutes ces alertes ont ensuite été atténuées avant d’émerger à nouveau depuis la mi-2010, avec pour point culminant la publication, mardi 8 novembre 2011, d’un rapport de l’AIEA faisant état de«sérieuses inquiétudes concernant une possible dimension militaire du programme nucléaire». Téhéran a réagi en dénonçant un rapport«déséquilibré, manquant de professionnalisme et répondant à des mobiles politiques», le président Mahmoud Ahmadinejad affirmant que l'Iran ne reculerait pas «d'un iota» sur son programme nucléaire.
Selon le Daily Mail, Israël serait prêt à attaquer l'Iran «avant Noël».
«Des sources indiquent qu'au sommet du gouvernement britannique, on comprend qu'Israël va tenter de frapperles sites nucléaires "plutôt tôt que tard” avec l'appui logistique des États-Unis.»
Le chef suprême de la Révolution iranienne, l'ayatollah Ali Khamenei, a réagi en mettant «en garde Israël, les Etats-Unis et leurs alliés contre toute attaque des sites atomiques iraniens. L'armée iranienne, a-t-il prévenu, ripostera fermement à toute opération militaire», indique Reuters.

 

Tag(s) : #3 ème guerre mondiale

Partager cet article