Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La réunion d’Athènes, organisée par l’EPAM les 30 novembre et 1er décembre 2013, a rassemblé des centaines de participants et les représentants de 10 mouvements ou organisations politiques émanant de 7 pays d’Europe.

 

 

Cette grande rencontre a permis la création d’une coordination internationale de tous les mouvements politiques démocratiques en Europe, qui dénoncent les oppositions de complaisance et tous les extrémismes, et qui veulent sortir sereinement et immédiatement de l’UE et de l’euro par application de l’article 50 du TUE.

Bien entendu, les grands médias grecs – comme les grands médias des autres pays d’Europe contactés – gardent un silence absolu sur cette rencontre historique. Car cette coordination internationale de mouvements anti-UE, fondés sur le strict respect du droit et de la démocratie, déjoue les plans de l’oligarchie euro-atlantiste.

Tout a en effet été organisé – depuis des décennies et dans la plupart des pays de l’UE – pour médiatiser à outrance des partis d’extrême-droite afin de terroriser l’écrasante majorité des électeurs en leur faisant croire que sortir de l’UE et de l’euro seraient des idées extrémistes. Et, partant, pour empêcher tout débat rationnel et serein.

L’une des plus grandes vertus du communiqué commun de la réunion d’Athènes est de prouver à la face du monde que cette manipulation infâme est désormais démasquée.

 

Entre les oppositions de complaisance des « alter-européistes » qui participent par leurs alliances à la comédie du clivage droite-gauche d’un côté, et les partis extrémistes qui ne sont médiatisés que pour servir de repoussoirs de l’autre côté, la réunion d’Athènes vient de prouver qu’il existe une véritable voie de sortie, qui représente un formidable espoir pour les peuples d’Europe.

Puisque les médias ne font pas leur travail, nous devons, comme sous l’Occupation, le faire à leur place. Nous venons de mettre en ligne sur notre site un nouveau tract recto-verso, qui présente le Communiqué de presse commun de la réunion d’Athènes, dans sa version en français, et le commentaire que j’en ai fait hier.


Nous demandons à toutes et à tous, adhérents et sympathisants de l’UPR, de rediffuser au maximum ce document à tout leur entourage familial, amical ou professionnel.


Il suffit pour cela :
- soit de rediffuser par courrier électronique le lien ci-dessous ;
- soit d’ouvrir le lien ci-dessous, de télécharger le document et de l’imprimer recto-verso en autant d’exemplaires que possible, puis de le remettre à vos parents, amis et collègues de travail.


Le lien est : http://www.upr.fr/wp-content/uploads/2013/12/communique-EPAM-2013-V2.pdf

 

Ne vous reposez pas sur autrui. Agissez dès maintenant. Il appartient à chacun d’entre nous de diffuser le plus possible cette information. La loi du silence imposée par les médias aux ordres ne doit pas gagner et elle ne gagnera pas.


Source: upr.fr via informaction.info

Merci à Julien pour l’info

via les M.E

 

 

Voilà de quoi nous informer un peu plus.

Je communique ci-après le Communiqué de presse commun qui a clôturé la réunion d’Athènes organisée par l’EPAM.

Ce communiqué a été signé par 10 mouvements politiques ou organisations présents, qui émanaient de 7 pays (Grèce, France, Italie, Espagne, Grande Bretagne, Irlande et Finlande) :

1. EPAM (Front unitaire populaire) – Grèce.
2.- Union Populaire Républicaine (UPR) – France.
3.- Per Il Bene Comune (Pour le bien commun) – Italie.
4.- Asociación Democracia Real Ya (Association démocratie réelle maintenant) – Espagne.
5.- Campaign for an Independent Britain (Campagne pour une Grande-Bretagne indépendante) – Grande-Bretagne.
6.- Alza Il Pugno /Eurotruffa (Soulevez votre poing/ Eurotruffa) – Italie.
7.- Economia Per I Cittadini (EPIC – L’économie pour les citoyens) – Italie.
8.- National Platform (Plateforme nationale) – Irlande.
9.- Mouvement Politique d’Emancipation Populaire (MPEP) – France
10.- IPU (Parti de l’indépendance) – Finlande.

Les lecteurs trouveront successivement ci-après :

le communiqué dans sa version originale définitive en anglais, telle que nous l’a transmis l’EPAM après ultimes vérifications,
le même communiqué dans sa version française, telle que l’UPR l’a traduit.

Ce qui s’est passé ce week-end à Athènes est d’une très grande importance politique et sans doute même historique.

D’une part, ce communiqué a très clairement précisé les enjeux fondamentaux et les décisions clés sur lesquels sont tombés d’accord les 10 mouvements et organisations signataires : à savoir la sortie de l’UE et de l’euro par l’application de l’article 50 du traité sur l’Union européenne.

La ligne toujours défendue par l’UPR depuis sa création, – notamment notre insistance à être extrêmement clairs sur les remèdes et à rester dans le domaine du droit et donc de l’application de l’article 50 du TUE -, trouve ainsi, dans ce communiqué, sa consécration à l’échelle du continent européen.

Cette ligne, faite de constance, de clarté, de rectitude et de justice, refuse tout particulièrement les extrémismes et les ambiguïtés du souverainisme « alter-européiste ». Ce communiqué historique prouve qu’elle rencontre l’accord unanime des vrais mouvements d’opposition à l’ordre euro-atlantiste qui naissent à travers l’Europe.

D’autre part, et comme l’affirme le communiqué lui-même (point c de sa conclusion) c’est sans doute le début d’un mouvement d’ampleur historique.

Il a en tout cas été perçu comme tel par tous les participants et ce n’est pas un hasard si aucune couverture de presse n’a été donné par les grands médias grecs à cette réunion d’Athènes. Nous allons nous-mêmes avertir le plus grand nombre possible de médias français mais sans illusion.

Si ce que nous avons collectivement lancé prend de l’ampleur et que de nouveaux mouvements de vraie opposition, venus d’autres pays d’Europe, rejoignent cette initiative, nous allons entrer dans une nouvelle phase de notre combat. Collectivement, nous allons être bien mieux armés pour briser le verrou médiatique, dessiller les yeux des peuples sur les fausses oppositions à la dictature euro-atlantiste, et renverser le cours de l’Histoire.

Mais tout cela ne sera possible que si les citoyens de chaque pays, en nombre de plus en plus grand, se joignent à ce grand mouvement né très symboliquement à Athènes, le berceau de la démocratie.

François Asselineau
3 décembre 2013

LA RÉUNION D’ATHÈNES Communiqué de presse commun
Athènes, berceau de la démocratie, le 1er décembre 2013.

Lors du week-end des 30 novembre et 1er décembre 2013, des mouvements populaires et des économistes venus de l’Europe entière, ainsi que d’autres pays, se sont retrouvés lors d’une rencontre couronnée de succès. Cette réunion, organisée à l’initiative du Front unitaire populaire de Grèce (EPAM), avait pour thèmes: la dette , la monnaie nationale et la démocratie. Dès le premier jour de la conférence , la convergence de vues de tous les participants était claire, tombant d’accord sur le fait que :

1. La dette a été imposée par les banques à travers l’euro qui emprisonne les nations et asservit les peuples.

2. Quitter l’euro et rétablir les monnaies nationales est la condition de base pour reconquérir l’indépendance et mener des politiques de plein-emploi.

3. Il faut quitter l’Union européenne, conformément à l’article 50 du traité sur l’Union européenne.

4. La démocratie apparaît comme un enjeu majeur dans un environnement politique européen où les gouvernements de l’Eurozone – et d’abord et avant tout les élites de ces pays – imposent des politiques menant l’Europe à un nouveau système féodal dirigé par les marchés contre les intérêts des peuples.

L’euro, comme les autres unions monétaires, s’effondrera tôt ou tard. Plus vite chaque pays quittera l’euro et mieux ce sera.
Les peuples européens se trouvent face au dilemme suivant : soit la dictature des marchés soit la démocratie et une économie fondée sur les besoins des peuples.
D’importantes conclusions ont marqué la fin de la réunion, avec la promesse que:

a)- Les participants, bien qu’appartenant à des mouvements démocratiques hostiles à toute toute forme d’extrémisme, sont tous victimes de la même interdiction d’accès aux grands medias. Ils notent cependant que, dans chaque pays, ces mêmes grands médias accordent une large couverture médiatique aux partis d’extrême-droite, embrouillant de fait les citoyens en associant la nécessité de sortir de l’euro et de l’UE à l’idéologie de l’extrême-droite.

b)- L’importante réunion de deux jours qui s’est tenue à Athènes marque le début d’une coopération régulière et active entre les mouvements qui y ont pris part, dans le cadre du respect mutuel de l’identité nationale de chacun.

c)- Cette réunion marque le commencement de la libération des peuples d’Europe, qui méritent de bâtir leur propre démocratie et leur propre économie.

d)- Tous les participants à cette réunion internationale se sont engagés à intensifier leurs efforts pour accroître le nombre de mouvements – dans toute l’Europe et dans le monde – selon les étapes décrites lors de cette réunion d’Athènes.

Signé par :

1.- EPAM (Front unitaire populaire) – Grèce.
2.- Union Populaire Républicaine (UPR) – France.
3.- Per Il Bene Comune (Pour le bien commun) – Italie.
4.- Asociación Democracia Real Ya (Association démocratie réelle maintenant) – Espagne.
5.- Campaign for an Independent Britain (Campagne pour une Grande-Bretagne indépendante) – Grande-Bretagne.
6.- Alza Il Pugno /Eurotruffa (Soulevez votre poing/ Eurotruffa) – Italie.
7.- Economia Per I Cittadini (EPIC – L’économie pour les citoyens) – Italie.
8.- National Platform (Plateforme nationale) – Irlande.
9.- Mouvement Politique d’Emancipation Populaire (MPEP) – France.
10.- IPU (Parti de l’indépendance) – Finlande.

Tag(s) : #EUROPE

Partager cet article